A Dakar, pèlerinage soufi après deux ans de restrictions liées au Covid-19

AFRICA RADIO

4 mars 2022 à 19h06 par AFP

Des milliers de disciples de la confrérie musulmane soufie des layènes se sont réunis vendredi à Dakar en pèlerinage, pour la première fois depuis 2019 sans restrictions liées au Covid-19.

Vêtus de longues tuniques blanches en percale de coton, des pieds à la tête, les membres de la confrérie des layènes, se sont réunis vendredi dans un de leurs fiefs, le quartier de Cambérène au nord-est de Dakar. Hommes d'un côté, femmes de l'autre, ils ont entonné leurs chants traditionnels, accompagnés de prières, protégés du soleil par des bâches. Les images de la cérémonie ont été diffusées par plusieurs télévisions sénégalaises. Le pèlerinage n'avait pas pu avoir lieu en 2020 et 2021 sous la forme d'un aussi vaste rassemblement, en raison des restrictions liées à la pandémie de Covid-19. La confrérie musulmane sénégalaise des layènes fondée par Seydina Limamou Laye (1843- 1909) prône l'unité et la neutralité pour tous, d'où les tenues vestimentaires identiques pour chaque pèlerin. Selon Ibrahima Gaye, l'un des disciples présents vendredi, "le port vestimentaire n'est que le deuxième aspect" qui caractérise la confrérie. "Le premier aspect ressort du fait que tout le monde s'appelle Laye", a-t-il dit à l'AFP, en expliquant que de cette façon "toutes les personnes sont au même pied". "C'est cette uniformisation qui ressort de notre confrérie", a-t-il conclu. "Avant qu'il ne fasse l'appel à l'unicité de Dieu, il y avait beaucoup de pratiques animistes dans ce pays. Aujourd'hui, il a réussi sa mission et la religion musulmane est répandue dans toute la capitale sénégalaise", a-t-il poursuivi. Un autre disciple, Ousmane Laye, a expliqué à l'AFP que "le fondateur de la confrérie a annoncé qu'il est la réincarnation du prophète Mohamet c'est pourquoi, on le considère comme un messager de Dieu". Pays à près de 95% musulman, le Sénégal est caractérisé par un islam soufi dans lequel les quatre principales confréries du pays (tidiane, mouride, layène et khadre), toutes très influentes, jouent un rôle social essentiel.