Forum Investir en Afrique 2024

Administration : La Côte d’Ivoire et la France réfléchissent sur le fonctionnaire de demain

Dans un amphithéâtre d’environ mille étudiants, l’Ecole nationale d’administration de Côte d’Ivoire (ENACI) a reçu des représentants de l’administration française dans le but de réfléchir sur leurs modèles de gestions de la fonction publique.

Administration : La Côte d’Ivoire et la France réfléchissent sur le fonctionnaire de demain

20 avril 2022 à 18h38 par Karidja Konaté

Pour porter des « regards croisés » sur les modèles de gestion de l’administration Ivoirienne et Française, l’ENACI, a reçu dans un panel M. Sehoulou Habib, président de l’association des anciens étudiants de l’établissement et M. Laurent Bonneau, conseiller coopération de l’ambassade de France en Côte d’Ivoire et son compatriote M. Chotard, haut-fonctionnaire français.

Alors que la formation française pour les cadres de l’administration est généraliste, celle ivoirienne se veut spécialiste. Une différence de modèle qui admet des avantages et des inconvénients. « La difficulté avec nos formations spécialisantes c’est qu’on se dit souvent qu’il ou elle a fait une formation dans tel domaine et ne peut donc faire que ça », a déploré M. Sehoulou abordant les limites du système de formation ivoirien. Il a également mentionné la probabilité de « fuite de cerveaux » de l’administration publique.

Pour sa part, M. Bonneau a illustré les avantages de la formation généraliste française. Lui-même vétérinaire de formation, remplit à ce jour la fonction de responsable de coopération et de directeur de l’institut français de Côte d’Ivoire (IFCI). « Il faut reconnaitre qu’il est aussi nécessaire d’avoir des spécialistes de pointe. C’est pour cela que nous (en France) tendons aujourd’hui vers un modèle hybride qui combine à la fois plusieurs procédés avec le public et le privé », a-t-il déclaré.

Les deux représentations ont par ailleurs donné leurs définitions du "fonctionnaire de demain". « C’est quelqu’un qui a un sens développé de l’intérêt général », a soutenu la partie française tandis que l’ivoirienne a parlé de « quelqu’un qui a un encrage fort dans la technologie, qui a l’esprit ouvert sur le monde et qui s’adapte aux mutations ».

Aimée Zebeyoux, conseillère spéciale auprès du Président de la République Ivoirienne sur les questions de Droits de l’Homme, a profité de la tribune pour donner des pistes de développement aux futurs "fonctionnaires de demain", étudiants de l’ENACI. Ecoutons.

Administration : La Côte d’Ivoire et la France réfléchissent sur le fonctionnaire de demain