Afrique du Sud: le parquet crée une unité anti-corruption après un rapport accablant

Par AFP

AFRICA RADIO

Une unité anti-corruption a été créée par la justice sud-africaine, dont l'efficacité à lutter contre la corruption d'Etat sous l'ancien président Jacob Zuma (2009-2018) a été mise en cause dans un rapport accablant, a annoncé mercredi le parquet du pays.

La première partie du rapport de la commission d'enquête présidée par le juge Raymond Zondo, chargée d'enquêter sur la corruption rampante pendant l'ère Zuma, a été remise la semaine dernière au président Cyril Ramaphosa. Le document de plus de 800 pages, contenant près de quatre ans de témoignages, conclut notamment que les capacités du parquet national (NPA) à poursuivre ont été minées par des années d'ingérence politique. Le NPA, qui a reconnu le problème, a déclaré dans un communiqué avoir formé une nouvelle équipe spéciale avec l'unité de police d'élite sud-africaine, les Hawks. Cette nouvelle formation "examine systématiquement les conclusions et les recommandations de la commission, en vue d'enquêter et de monter des dossiers pour engager des poursuites pénales contre ceux qui ont enfreint la loi, qu'ils appartiennent au secteur public ou privé", selon le communiqué. "Le NPA est lentement mais sûrement en train de se reconstruire pour remplir son mandat essentiel", a assuré le parquet. Le rapport complet de la commission d'enquête sur la corruption doit être remis d'ici fin février. M. Zuma, 79 ans, a été condamné à une peine de prison ferme pour avoir obstinément refusé de témoigner devant le juge Zondo. Il est en libération conditionnelle depuis septembre pour raison médicale. Son incarcération en juillet avait provoqué une vague de violences inédites dans son fief du Kwazulu-Natal et à Johannesburg, faisant plus de 350 morts.