Afrique du Sud: les cas d'Omicron explosent, mais pas les cas graves

Par AFP

AFRICA RADIO

Le variant Omicron a fait exploser les cas d'infection au Covid-19 en Afrique du Sud, mais pour l'instant hospitalisations et décès restent moins nombreux que lors des précédentes vagues, ont indiqué vendredi des responsables sanitaires.

Mercredi, l'Afrique du Sud a enregistré le plus grand nombre d'infections que le pays ait jamais connu au cours de la pandémie, en raison de la propagation extrêmement rapide d'Omicron, a déclaré Michelle Groome, de l'Institut national des maladies transmissibles (NICD). "Les hospitalisations n'augmentent pas à un rythme aussi spectaculaire", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse. "Nous commençons à voir quelques augmentations, mais des augmentations relativement faibles des décès". Wassila Jassat, également du NICD, a déclaré que le nombre de personnes nécessitant de l'oxygène était "inférieur à ce qu'il était par rapport à n'importe laquelle des vagues précédentes." "Les patients semblent effectivement rester moins longtemps", a-t-elle ajouté. Selon le ministre de la Santé, Joe Phaahla, ces données ne signifient pas qu'Omicron est moins virulent, mais plutôt que les vaccins permettent de prévenir les maladies graves. "C'est probablement dû à une couverture vaccinale importante", notamment chez les personnes âgées, a-t-il déclaré. Environ un tiers de la population est entièrement vaccinée, mais ce chiffre grimpe à 66 % pour les personnes de plus de 60 ans. Les personnes âgées sont les plus exposées au risque de développer des symptômes graves. La souche Omicron, qui présente de multiples mutations, a été détectée pour la première fois en Afrique du Sud et au Botswana en novembre, déclenchant une panique mondiale et semble plus contagieuse que les autres variants. Avec plus de trois millions de cas, l'Afrique du Sud est de loin le pays le plus touché du continent.