Forum Investir en Afrique 2024

Afrique du Sud: un tigre en liberté, nouvelle panique près de Johannesburg

Un tigre échappé d'une propriété privée a une nouvelle fois semé la panique lundi près de Johannesburg, en Afrique du Sud, moins de deux semaines après l'escapade d'une tigresse du Bengale qui avait attaqué un homme et tué plusieurs animaux.

AFRICA RADIO

30 janvier 2023 à 20h06 par AFP

L'animal a cette fois été capturé au bout de quelques heures et avant qu'aucun incident ne soit signalé. "Le tigre a été mis sous sédatif et emmené dans un sanctuaire" pour animaux, a assuré à l'AFP Gary Wilson, de la société de sécurité privée S.W.A.T qui a participé à la chasse au fauve. La société sud-africaine de protection des animaux (NSPCA), jointe par l'AFP, a toutefois déclaré "ne pas être en mesure de confirmer" que l'animal a bien été capturé. Des images de vidéosurveillance partagées sur les réseaux sociaux ont montré plus tôt le félin, repéré à Edenvale, à une quinzaine de kilomètres à l'est de Johannesburg, errant au petit matin autour d'une voiture en stationnement. Aucun détail n'a été donné sur le propriétaire de l'animal ou la propriété d'où il s'est échappé. Espèce menacée, le tigre n'est pas endémique en Afrique du Sud mais l'élevage controversé du grand félin dans le pays, notamment pour la vente à des zoos, s'est répandu ces dernières années, au grand dam des organisations de défense des animaux. Mi-janvier, Sheba, une tigresse de huit ans gardée comme animal de compagnie, avait échappé à son propriétaire. Après avoir rôdé pendant quatre jours près de Johannesburg, elle avait été abattue par l'équipe de recherches. Elle avait blessé un homme de 39 ans et tué plusieurs chiens. En Afrique du Sud, il est interdit de posséder un lion comme animal domestique mais les tigres sont autorisés. La législation proscrit en effet la détention d'espèces indigènes, mais le tigre est considéré comme un animal exotique. Les ONG de protection des animaux réclament une nouvelle loi car l'élevage de tigres en Afrique du Sud alimente aussi le marché noir de peaux et d'os, notamment prisés en Asie pour les produits de luxe et la médecine traditionnelle. Et "ces deux cas soulignent à quel point les espèces non indigènes de grands félins, menacées, sont facilement accessibles au public sud-africain", a souligné dans un communiqué l'association de défense des animaux Four Paws, dénonçant leur élevage à des fins commerciales en Afrique du Sud. Smaragda Louw, de l'ONG Ban Animal Trading, a de son côté appelé à des lois plus strictes sur la possession d'animaux sauvages. L'Afrique du Sud n'a pas de recensement officiel de sa population de tigres mais selon Four Paws, près de 10% de la population mondiale (soit 359 spécimens) ont été exportés d'Afrique du Sud entre 2011 et 2020. Le pays est aussi connu pour autoriser l'élevage de lions destinés à satisfaire de riches chasseurs de trophées.