Afrique du Sud: une ville 100% blanche échappe à la crise énergétique

AFRICA RADIO

28 juillet 2022 à 7h36 par AFP

Ici la terre est trop marécageuse pour faire pousser du blé ou construire des maisons.Dans ce coin perdu d'Afrique du Sud, une enclave 100% blanche fondée à la fin de l'apartheid cultive de l'énergie solaire pour échapper aux coupures de courant incessantes qui plombent le pays. 

Orania (Afrique du Sud) (AFP)

Les 2.500 habitants d'Orania, en plein désert du Karoo (centre) à plus de 600 km au sud-ouest de Johannesburg, visent l'autosuffisance à tous les niveaux pour s'isoler d'un pays devenu décadent à leurs yeux. 

Ces descendants de Néerlandais et Français huguenots principalement, arrivés à la pointe de l'Afrique dès le 17e siècle, ont lancé un ambitieux projet solaire qui devrait leur permettre de produire au-delà de leurs besoins. 

La route goudronnée laisse place à une piste, qui mène à un portail cadenassé.Derrière, un hectare de panneaux photovoltaïques. Le soleil brille ici toute l'année, parfois plus de douze heures par jour. 

Les travaux de ce projet estimé à plus de 600.000 euros ont commencé en juin 2021.Aujourd'hui, l'installation produit 841 KW par heure.Presque assez pour approvisionner la ville et les exploitations agricoles autour.

Le bourg afrikaner vise l'autonomie complète d'ici trois ans alors que le pays est plongé depuis près de quinze dans une grave crise énergétique, entre centrales au charbon vieillissantes, grèves et corruption au sein d'Eskom, l'entreprise publique qui produit 90% de l'électricité en Afrique du Sud. 

"C'est l'idée simple de l'autosuffisance qui nous à poussés à faire ça", confie à l'AFP François Joubert, qui a conçu le projet.Car Eskom a "échoué lamentablement". 

"Ici, on ne peut compter sur personne pour la fourniture de services de base", explique l'ingénieur de 69 ans."On est très loin de Johannesburg, très loin du Cap, donc on doit prendre les choses en main.Et ça nous va plutôt bien".

- Autonomie "vitale" -

Le terrain de 8.000 hectares au bord du fleuve Orange où fut fondée Orania en 1991, après l'abolition des lois raciales, avait été acheté par le gendre d'Hendrik Verwoerd, ancien Premier ministre considéré comme l'architecte de l'apartheid, et quelques familles afrikaners.

La localité, tolérée par le gouvernement sud-africain, s'appuie sur un article de la Constitution qui défend le droit à l'autodétermination du peuple. 

"L'exploitation solaire change sérieusement la donne pour nous.Elle apporte une stabilité énergétique à la ville", explique son maire Gawie Snyman."Notre rêve serait même d'exporter de l'électricité". 

En juillet, les coupures de courant programmées, aggravées par les insuffisances du réseau national, ont plongé les Sud-Africains dans le noir plus de six heures par jour, affectant les entreprises et la croissance.

Lundi, le président Cyril Ramaphosa a annoncé un train de mesures urgentes, appelant le secteur privé, particulier et entreprises, à investir dans l'énergie solaire "sur tous les toits" pour alimenter le réseau national.

A Orania, à quelques kilomètres de l'installation solaire, Annatjie Joubert, l'épouse de l'ingénieur, récolte des noix de pécan sur sa ferme au petit matin.Une machine secoue les troncs pour les faire tomber dans une bâche rouge. 

Pour irriguer ses plantations, elle a régulièrement besoin d'énergie pour pomper de l'eau du fleuve.Quand Eskom programme des délestages, ses arbres ont soif.La nouvelle énergie solaire assure une continuité. "C'est vital, surtout pour les noix de pécan qui boivent beaucoup", explique cette ex-informaticienne de 66 ans. 

Alors que la guerre en Ukraine fait flamber le prix des cérales, "nous devons aussi produire autant que possible notre alimentation", souligne M. Joubert, casquette plate et doudoune sans manches, dans son champs de panneaux solaires.

La prochaine étape de la production solaire à Orania sera l'installation de batteries de stockage d'ici quelques années.Pour permettre enfin à la ville de se libérer complètement du réseau national.