Agression de la gare du Nord à Paris: poursuites des investigations policières

AFRICA RADIO

12 janvier 2023 à 19h51 par AFP

Les enquêteurs ont poursuivi jeudi leurs investigations sur l'homme arrêté la veille après avoir blessé six personnes à la gare du Nord à Paris, cherchant d'éventuelles complicités, selon une source judiciaire.

Placé mercredi soir en garde à vue pour tentative d'assassinat, cet homme, blessé par balles par des policiers lors de son arrestation, devait incessamment subir une nouvelle intervention médicale, a indiqué jeudi soir le parquet de Paris. Un individu susceptible de l'avoir logé a aussi été soumis à une garde à vue pour être interrogé, a-t-on ajouté de même source. Un autre homme, qui aurait échangé avec l'agresseur peu avant les faits, a aussi été interpellé par la police avant d'être libéré jeudi en fin d'après-midi sans poursuites à ce stade, a précisé le parquet. Mercredi, l'agresseur avait été hospitalisé après avoir été touché deux fois au thorax et une fois au bras par des policiers qui se trouvaient sur les lieux au moment des faits et avaient ouvert le feu pour arrêter ses attaques. Dans un communiqué publié mercredi en fin de journée, la procureure de Paris Laure Beccuau avait indiqué que le suspect, âgé d'une vingtaine d'années, s'était "soudainement mis, sans raison apparente à ce stade, à frapper une première victime avec son arme, victime à laquelle il a asséné une vingtaine de coups" avec un "crochet métallique". Au total, six personnes ont été blessées par l'agresseur présumé: deux hommes de 41 ans et 36 ans, un policier de 46 ans, et trois femmes de 40, 47, et 53 ans. Selon le parquet jeudi, l'identité de l'agresseur fait toujours l'objet de vérifications. Il est en effet "enregistré sous plusieurs identités dans le fichier automatisé des empreintes digitales alimenté par ses déclarations au cours de précédentes procédures dont il a fait l'objet", avait indiqué Mme Beccuau mercredi, qui avait précisé qu'il "pourrait" être né en Algérie ou en Libye. Une source policière a pour sa part affirmé qu'il s'agissait d'un Libyen né en 2000 et qui était sous le coup d'une obligation de quitter le territoire français, impossible à mettre en oeuvre en raison de l'instabilité qui règne en Libye. La gare du Nord est la première gare d'Europe et la troisième gare mondiale en termes de flux. Elle accueille 700.000 personnes par jour et plus de 220 millions de voyageurs par an. Les trains au départ desservent le nord de la France, mais également des destinations internationales comme Londres via l'Eurostar, ou la Belgique et les Pays-Bas via le Thalys.