Algérie: peine réduite en appel pour un ex-patron de l'ère Bouteflika

Par AFP

AFRICA RADIO

L'ancien directeur d'un établissement public algérien gérant une luxueuse résidence d'Etat, Hamid Melzi, poursuivi pour mauvaise gestion de biens publics, a vu sa peine réduite dimanche à trois ans et demi de prison devant la Cour d'appel d'Alger, a indiqué son avocat à l'AFP.

Hamid Melzi "a été condamné à trois ans et demi de prison", a déclaré à l'AFP Me Miloud Brahimi. "J'attendais beaucoup mieux que ça", a-t-il ajouté en annonçant un pourvoi en cassation au nom de son client. En première instance fin septembre, M. Melzi avait écopé de cinq ans de prison ferme. M. Melzi était poursuivi notamment pour "blanchiment d'argent, abus de fonctions pour l'acquisition de privilèges indus, incitation d'agents publics à exploiter leur influence au-delà de la conclusion de contrats, en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur", selon l'accusation. Il avait été limogé le 24 avril 2019 de son poste de directeur général de l'établissement public Sahel, qu'il occupait depuis deux décennies. Il avait également été démis dans la foulée de ses fonctions de PDG de la Société d'Investissement hôtelière qui gère plusieurs établissements hôteliers de luxe. Il avait été ensuite placé en détention en mai 2019 dans le cadre d'une offensive judiciaire lancée après la chute en avril 2019 de l'ex-président Abdelaziz Bouteflika, décédé en septembre dernier, contre d'influentes personnalités économiques et politiques de son entourage. L'établissement public Sahel gère notamment la station balnéaire du célèbre Club des Pins, à une vingtaine de kilomètres à l'ouest d'Alger. Après l'indépendance de l'Algérie en 1962, des chalets et des bungalows avaient été construits dans la forêt de pins qui a donné son nom à ce lieu de villégiature où les Algérois se rendaient en masse l'été jusqu'à la fin des années 80. Au début de la guerre civile en 1992 (qui a fait plus de 200.000 morts jusqu'en 2002), le lieu avait été transformé en "résidence d'Etat" ultra-sécurisée pour loger ministres, hauts fonctionnaires, hauts gradés, mais aussi certains journalistes et leurs familles. Il abrite, sur plus de 35 hectares parsemés de plages privées, plusieurs centaines de villas. Depuis la démission de M. Bouteflika sous la pression des manifestations du mouvement prodémocratie Hirak et de l'armée, la justice algérienne a placé en détention préventive ou condamné, notamment pour des faits de corruption, des dizaines de responsables politiques et puissants hommes d'affaires réputés proches de l'ex-chef d'Etat.

Voir aussi