Angola: un homme d'affaires proche de l'ex-président Dos Santos jugé pour corruption

AFRICA RADIO

11 février 2022 à 17h36 par AFP

Le procès de l'homme d'affaires angolais, Carlos Manuel de Sao Vicente, proche de l'ex-président angolais José Eduardo dos Santos et accusé d'avoir détourné 790 millions d'euros, s'est ouvert vendredi devant le tribunal de Luanda.

Dans un pays habitué à voir les revenus de la manne pétrolière siphonnés par la corruption, l'ampleur de la fraude présumée a choqué. Le tribunal de Luanda a interdit l'accès à l'audience aux journalistes portant une caméra, un appareil photo ou un enregistreur. M. de Sao Vicente est accusé d'avoir obtenu frauduleusement des parts de la compagnie d'assurance AAA Seguros et bénéficié illégalement de contrats d'assurance dans l'industrie pétrolière, notamment auprès de la compagnie pétrolière publique Sonangol. Selon le directeur du think tank Democracy Works, Augusto Santana, M. De Sao Vicente est poursuivi pour "détournement de fonds, acceptation d'avantages, corruption, trafic d'influence et blanchiment d'argent". L'homme d'affaires qui a toujours nié est en détention provisoire depuis septembre 2020 dans la prison de Viana, à Luanda. Il est marié à Irene Neto, ancienne vice-ministre et fille du premier président angolais Agostinho Neto. L'affaire fait également l'objet de poursuites en Suisse, où M. De Sao Vicente est accusé d'avoir placé les 790 millions d'euros à la Banque SYZ à Genève. En 2018, ces avoirs ont été gelés en raison de soupçons de blanchiment, devenant l'un des plus importants gels d'actifs personnels de l'histoire suisse. L'année dernière, un tribunal suisse a partiellement annulé ce gel en raison de preuves insuffisantes. En Angola, les autorités ont saisi des bâtiments et des hôtels appartenant à sa compagnie d'assurance. Depuis son arrivée au pouvoir en 2017, le président João Lourenço a lancé une campagne de lutte contre la corruption pour récupérer des milliards soupçonnés avoir été détournés sous la longue présidence (1979-2017) de son prédécesseur José Eduardo dos Santos. M. Dos Santos, 79 ans, est accusé d'avoir largement détourné les ressources nationales en favorisant sa famille et ses proches. Le ministre de la Justice, Francisco Queiroz, a déclaré jeudi aux médias d'Etat que le gouvernement a recouvert 9,6 milliards d'euros dans le cadre de sa campagne de lutte contre la corruption. Selon la Banque mondiale, environ 56% des quelque 31 millions d'Angolais vivent avec moins de 1,70 euro par jour.