Burkina Faso: le film des événements

AFRICA RADIO

25 janvier 2022 à 17h21 par AFP

Voici le film des événements au Burkina Faso où des militaires ont pris le pouvoir lundi et chassé le président Marc Roch Christian Kaboré.

- Incidents dans des manifestations - Samedi 22 janvier 2022, des incidents éclatent à Ouagadougou et dans d'autres villes du Burkina. Malgré l'interdiction des rassemblements, des manifestants protestent contre l'impuissance des autorités face à la violence jihadiste qui ravage le pays depuis 2015. Parfois mêlées à des affrontements intercommunautaires, les violences jihadistes ont fait depuis six ans plus de 2.000 morts et contraint 1,5 million de personnes à fuir leur foyer. - Tirs dans des casernes - Le dimanche 23 janvier, des coups de feu retentissent dans plusieurs casernes: dans le camp Sangoulé Lamizana, à la sortie ouest de Ouagadougou, dans le camp militaire de Baba Sy (sortie sud), à la base aérienne proche de l'aéroport, ainsi que dans des casernes de Kaya et Ouahigouya (nord). Le camp Sangoulé abrite la prison où est détenu le général Gilbert Diendéré, proche de l'ancien président Blaise Compaoré renversé en 2014. Condamné à 20 ans de prison pour une tentative de putsch en 2015, le général Diendéré est actuellement jugé pour son rôle présumé dans l'assassinat en 1987 de l'ancien président Thomas Sankara. Le gouvernement du président Roch Marc Christian Kaboré reconnaît des tirs, mais dément "une prise de pouvoir par l'armée" estimant que les institutions ne sont pas menacées "pour le moment". Depuis mi-janvier, plusieurs militaires sont détenus pour des faits présumés de "tentative de déstabilisation des institutions". - Siège du parti au pouvoir incendié - Des partisans des mutins incendient à Ouagadougou le siège du parti au pouvoir avant d'être dispersés. A l'extérieur de la caserne Sangoulé Lamizana, une quarantaine de soldats tirent en l'air. Le périmètre autour de la caserne de la base aérienne est également bouclé par des soldats encagoulés tirant en l'air. - Revendications des mutins - Les militaires mutins réclament le "remplacement" des chefs de l'armée, des "moyens adaptés" dans la lutte contre les groupes jihadistes, ainsi qu'une "meilleure prise en charge des blessés", selon un enregistrement sonore parvenu à l'AFP. Ils ne demandent pas le départ du président. Dans l'après-midi, les représentants des mutins discutent avec le ministre de la Défense. - Couvre-feu, tirs - Le 23 au soir, le président décrète un couvre-feu. En fin de journée, des tirs sont entendus près de la résidence du président, ainsi que dans les camps militaires Sangoulé Lamizana et Baba Sy. - Incertitudes sur le sort du président - Le lundi 24, des soldats prennent position devant la Radio télévision du Burkina (RTB). Selon des sources sécuritaires, le président a été arrêté et est détenu à la caserne Sangoulé Lamizana. Mais d'après une source gouvernementale, le président a été "exfiltré" de sa résidence par des gendarmes de sa garde. L'Union africaine (UA) condamne fermement la "tentative de coup d'Etat" tandis que l'UE et les Etats-Unis appellent à la libération du président Kaboré. - Prise de pouvoir militaire - Des militaires en uniforme annoncent à la télévision nationale avoir pris le pouvoir et chassé le président Kaboré. Un communiqué du lieutenant-colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba annonce la fermeture des frontières, la dissolution du gouvernement et la suspension de la Constitution. Les militaires s'engagent "à proposer dans un délai raisonnable (...) un calendrier de retour à un ordre constitutionnel". Des scènes de liesse éclatent lundi et mardi dans les rues de Ouagadougou. "Vive l'armée", "Vous êtes des héros": des centaines de personnes célèbrent les putschistes. - Condamnations internationales - Mardi, le président français Emmanuel Macron ainsi que le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres condamnent le coup d'Etat. "Les coups d'Etat militaires sont inacceptables", souligne M. Guterres. Idem pour la Communauté des Etats ouest-africains (Cédéao) qui condamne "fermement" la prise de pouvoir et "la démission" du président "obtenue sous la menace". L'incertitude plane toujours sur le sort de l'ex-président. "Il m'a été confirmé hier soir qu'il était en bonne santé et qu'il n'était pas menacé", a déclaré M. Macron.