Burkina: un caporal plaide non coupable au procès de l'assassinat de Sankara

Par AFP

AFRICA RADIO

Un caporal accusé d'avoir participé il y a 34 ans à l'assassinat du "père de la révolution burkinabè" Thomas Sankara, a plaidé jeudi non coupable au procès des tueurs présumés de l'ancien président devant le tribunal militaire de Ouagadougou.

"Je ne reconnais pas ces accusations", a assuré le caporal Idrissa Sawadogo, 51 ans, mis en cause mardi devant le tribunal par un autre accusé, le soldat de première classe Yamba Élisée Ilboudo. Ce dernier l'avait désigné comme membre d'un commando de huit militaires ayant attaqué le 15 octobre 1987 le lieu où Thomas Sankara et ses douze compagnons ont été tués. "Je n'étais pas avec Élisée, je ne faisais pas partie" du commando, a assuré le caporal, affirmant que ce soldat "n'est pas normal, il a des troubles et confond les choses". Idrissa Sadawogo a déclaré qu'il avait appris "à la radio" qu'il y avait eu "un coup d'Etat et des morts", dont Thomas Sankara qui "était gentil avec nous, on jouait au ballon ensemble". Selon le parquet militaire, les déclarations du caporal comportent plusieurs incohérences, car plusieurs autres témoins affirment l'avoir vu parmi le commando, en particulier ceux qui ont neutralisé les éléments de la garde rapprochée de Thomas Sankara. "Nous constatons qu'il a choisi la négation de tout, même de l'évidence", a lancé la procureure militaire, Judith Pascaline Zoungrana. Au total, 14 accusés sont jugés au procès de l'assassinat de Sankara, dont le général Gilbert Diendéré, 61 ans, bras droit de l'ancien président Blaise Compaoré, que ce putsch avait porté au pouvoir. Blaise Compaoré a gardé le pouvoir pendant 27 ans avant d'en être chassé par la rue en 2014. Principal accusé et grand absent de ce procès, M. Compaoré vit depuis sept ans en Côte d'Ivoire - pays dont il a obtenu la nationalité - et est accusé de "complicité d'assassinats", "recel de cadavres" et "attentat à la sûreté de l'Etat". Les mêmes accusations pèsent sur le général Diendéré qui purge déjà au Burkina une peine de 20 ans de prison pour une tentative de coup d'Etat en 2015. Parmi les accusés, figurent également des soldats de l'ancienne garde présidentielle de M. Compaoré dont l'ancien adjudant-chef Hyacinthe Kafando, en fuite depuis 2015, soupçonné d'avoir été le chef du commando ayant assassiné Thomas Sankara.