Cameroun: reprise des travaux annoncée sur un grand complexe sportif après un litige

AFRICA RADIO

13 janvier 2023 à 16h51 par AFP

Le gouvernement camerounais et l'entreprise canadienne chargée de construire un vaste complexe sportif à Yaoundé ont annoncé vendredi la prochaine reprise des travaux sur le site, interrompus l'été dernier après un litige entre les deux parties.

Mercredi, l'entreprise, Magil Construction Corporation, avait dénoncé les "attaques infondées" du ministère des Sports qui l'accusait dans un courrier interne de vouloir résilier unilatéralement son contrat. L'entreprise, filiale du groupe français Fayolle, accusait de son côté l'Etat de ne plus payer ses factures depuis juillet 2021. Les travaux avaient été interrompus en août dernier pendant un mois, puis avaient repris "en service minimum jusqu'à ce jour", a précisé le constructeur canadien à l'AFP. En marge d'une visite vendredi sur le site, le ministre des Sports du Cameroun, Narcisse Mouelle Kombi, a réaffirmé la volonté de son gouvernement de voir ce projet aboutir "dans son entièreté" et Magil reprendre les travaux rapidement "dans le cadre du contrat" passé avec l'Etat. Il y a eu "un très grand malentendu" et "les chantiers vont reprendre", a de son côté assuré le vice-président de l'entreprise canadienne, Franck Mathière, également présent. "Ce projet arrivera au bout, c'est l'engagement qui a été renouvelé entre le gouvernement et Magil", a-t-il ajouté. Magil a indiqué à l'AFP espérer une reprise des travaux ce lundi 16 janvier. Le feuilleton du complexe du stade d'Olembé, qui a déjà largement dépassé le budget initial, est régulièrement l'objet de vifs débats dans les médias, l'opposition parlant d'un vaste "scandale financier" dû à la "corruption". Outre ce stade omnisports de 60.000 places, le projet prévoit une piscine, un gymnase ou encore des courts de tennis. Seul le stade a été achevé, in extremis, pour accueillir des matches de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) 2021 de football organisée par le Cameroun début 2022. Ce chantier avait été confié en 2015 au groupe italien Piccini qui avait entamé les travaux seulement 15 mois après en invoquant des "raisons administratives indépendantes" de sa volonté. Le gouvernement avait ensuite unilatéralement résilié son contrat avec Piccini, remplacé en 2020 par Magil.