Centrafrique: Poutine, héros d'un portrait en ailes de papillons

Par AFP

AFRICA RADIO

La République centrafricaine a offert au président russe Vladimir Poutine son portrait en ailes de papillon, un cadeau traditionnel illustrant les relations de plus en plus ténues entre Moscou et Bangui.

L'ambassadeur centrafricain en Russie, Léon Dodonou-Pounagaza, a raconté avoir transmis au chef du Kremlin "son grand portrait composé d'ailes de papillon", dans un entretien à l'agence de presse Ria-Novosti publié mardi. En Centrafrique, les tableaux en ailes de papillon sont un artisanat prisé qui fait vivre de nombreux chasseurs de lépidoptères dans les forêts du pays, où sont présentes des espèces uniques au monde. Le diplomate qui, comme Vladimir Poutine, a suivi des études de droit à l'université de Léningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg) du temps de l'URSS, a également offert un "tableau en bois" évoquant les années d'études des deux hommes. Les deux présents ont été transférés à M. Poutine par le ministère russe des Affaires étrangères, a indiqué le diplomate centrafricain, en poste à Moscou depuis fin 2020. Interrogé sur le sujet, le porte-parole du Kremlin a indiqué mardi qu'il allait vérifier la bonne réception des cadeaux et recueillir les impressions du président russe. La République centrafricaine est devenue le symbole du retour de la Russie post-soviétique en Afrique, depuis le début, en 2018, d'une importante coopération militaire et économique entre Moscou et le gouvernement de Faustin-Archange Touadéra. Depuis son arrivée à Bangui, le groupe paramilitaire russe privé Wagner n'a cessé de monter en puissance, ses mercenaires s'attelant à la lutte contre des groupes rebelles. Soutenus par une campagne de communication active des autorités, les membres de Wagner sont des "instructeurs" qui ne prennent pas part aux combats sauf s'ils sont pris pour cible, a assuré Moscou. Les Russes sont souvent perçus sur place comme des sauveurs ayant permis de reprendre la majorité des grandes villes du pays. Mais plusieurs ONG les accusent d'exactions et de crimes de guerre.