Congo: l'opposant Kolélas inhumé en France dix mois après sa mort

AFRICA RADIO

22 janvier 2022 à 14h51 par AFP

L'opposant congolais Guy-Brice Parfait Kolélas a été inhumé en France, dix mois après sa mort en mars 2021 alors qu'il était candidat à l'élection présidentielle, a annoncé samedi un membre de sa famille à l'AFP.

"Mon frère Guy-Brice Parfait Kolélas a été inhumé hier (vendredi) au cimetière du Bourget", dans la région parisienne, a indiqué à l'AFP Lydie Kolélas, soeur du disparu. "Je peux dire que mon frère est parti tout seul (...) La recherche de la vérité (sur sa mort) continue", a-t-elle ajouté, relevant des dissensions qui ont miné la famille du défunt et qui ont occasionné le report de l'inhumation à plusieurs reprises. La famille de M. Kolélas, 62 ans, est restée divisée depuis sa mort survenue officiellement le 22 mars sur le territoire français, où il avait été évacué pour raisons de santé. La veille, le Congo organisait l'élection présidentielle pour laquelle il était candidat. Selon les résultats d'une autopsie réalisée en France, l'opposant était mort d'une insuffisance cardio-respiratoire due à une pneumopathie sévère, ainsi que d'une contamination au Covid-19. Une thèse réfutée par une partie de sa famille pour qui il n'est pas mort le 22 mars, mais le 21 mars, jour même du scrutin présidentiel. La coïncidence des deux événements aurait pu invalider l'élection présidentielle au Congo, selon la constitution. Les poursuites judiciaires engagées par cette partie de la famille ont longtemps retardé l'inhumation. "L'enterrement n'est qu'une étape inéluctable dans la recherche de la vérité. Les patriotes congolais regroupés autour de cette quête de vérité sont debout et les yeux fixés sur l'objectif", a dit Lydie Kolélas à l'AFP. Fils de Bernard Kolélas (éphémère Premier ministre du Congo en 1997), le docteur en économie Guy-Brice Parfait Kolélas a connu l'exil avec son père entre 1997 et 2005. Il fut membre du gouvernement entre 2007 et 2015 avant de s'opposer radicalement au changement de la constitution qui, une fois validée, a permis au président Denis Sassou Nguesso de briguer un troisième mandat en 2016. Denis Sassou Nguesso a été réélu en 2021 pour un quatrième mandat et cumule 37 ans à la tête du Congo.