Conseil de sécurité de l'ONU: Sall et Ramaphosa dénoncent une représentation "injuste" de l'Afrique

Par AFP

AFRICA RADIO

Les présidents sénégalais Macky Sall et sud-africain Cyril Ramaphosa ont dénoncé mardi une représentation "injuste" de l'Afrique au Conseil de sécurité de l'ONU, regrettant qu'aucun pays africain n'y soit membre permanent.

"Il est injuste que l'Afrique, avec 54 pays, ne soit pas représentée au Conseil de sécurité de l'ONU" par des membres permanents, a dit Macky Sall à Dakar, durant une conférence de presse conjointe avec son homologue sud-africain. M. Ramaphosa a lui critiqué "une représentation injuste du continent". "Nous voulons que les voix de 1,3 milliard (d'Africains) soient entendues de la même façon que celles des autres. Nous voulons que l'Afrique soit bien représentée. Nous voulons que cela cesse", a-t-il insisté. Le dirigeant sud-africain est arrivé lundi dans la capitale sénégalaise où il a participé au Forum pour la paix et la sécurité en Afrique. Il a dans la foulée entamé une visite officielle, sa première au Sénégal depuis son arrivée au pouvoir en février 2018. Le chef de l'Etat sénégalais s'est déclaré favorable à des discussions avec les pays non africains en vue de réformes pour que l'Afrique obtienne au moins deux sièges de membres permanents, ayant toutes les prérogatives des membres permanents actuels. "Nous allons continuer à nous battre pour la réforme" du Conseil de sécurité, a ajouté M. Sall. Le continent africain dispose habituellement de deux à trois sièges non permanents au Conseil de sécurité, actuellement occupés par le Kenya, la Tunisie et le Niger. Le Gabon et le Ghana remplaceront ces deux derniers le 1er janvier 2022. Le Conseil de sécurité des nations unies compte 15 membres, dont cinq membres permanents (Chine, Etats-Unis, Russie, France et Royaume-Uni) et dix membres élus par l'Assemblée générale pour une période de deux ans.

Voir aussi