Nouvelle application Africa Radio

Côte d’Ivoire/Société : Le Centre Social de Grand-Bassam en détresse, sollicite de l’aide

Une visite menée au centre social de Grand Bassam dans le cadre du projet de prévention et de réponse aux violences faites aux enfants, a permis de recenser les difficultés et les actions menées sur le terrain par les agents de ce centre. Une initiative du ministère de la Famille, de la Femme, de l'Enfant et de la Protection Sociale avec l'appui de L'Unicef.

Côte d’Ivoire/Société : Le Centre Social de Grand-Bassam en détresse, sollicite de l’aide

22 mars 2022 à 12h50 par Amy Korobara

En activité depuis 1962, le centre social de Grand Bassam, ville touristique et première capitale de la Côte d'Ivoire est désormais confronté à d'énormes difficultés dans le cadre de ses activités. Placé sous la tutelle du ministère de la Famille, de la Femme de l'Emploi et de la Protection Sociale, le centre social ne dispose plus que de 4 millions annuel pour couvrir ses activités. Un budget qui n’arrive plus à couvrir les charges de ce centre social et dont les 15 agents peinent à bien mener leurs activités sur le terrain.

 

La mobilité et le manque de centres d’accueils pour les victimes des violences basées sur le Genre sont les problèmes majeurs auxquels sont confrontés le centre social de Grand Bassam. Ne disposant d'aucun véhicule ou autre moyen de mobilité, les sensibilisations sont limitées surtout dans les quartiers précaires de la ville où on enregistre le plus grand nombre de VBG (Violence basée sur le genre). En 2021, la ville a enregistré 150 cas de VGB parmi lesquels plusieurs cas graves. 

 

Nous avons notamment les cas de Maï une orpheline de 14 ans violée par un jeune homme de 24 ans qui est aujourd'hui aux arrêts ; Eden âgé de 9 ans a été traité d'enfant sorcier et contraint à jeûner par un pasteur et Kenum âgé de 5 ans qui a subi des agressions physiques de son père. Ces trois enfants ont été pris en charge par le centre social. Le centre social est aidé dans cette tâche par l'Unicef qui octroie une somme de 500 milles francs CFA chaque trimestre mais cette aide n'est pas définitive. L'Unicef dans son engagement espère ainsi voir d'autres organisations ou l'Etat prendre le relais afin de contribuer à faire baisser le nombre de VGB et de OEV (Orphelins et Enfants rendus vulnérables en lien avec le VIH). En outre, des numéros verts (116 ou 1308) sont disponibles pour signaler toute forme de violence.

 

Écoutons le plaidoyer d’Edith N'Guettia Dutauziet-Directrice du centre social de Grand Bassam.

Côte d’Ivoire/Société : Le Centre Social de Grand-Bassam en détresse, sollicite de l’aide
Côte d’Ivoire/Société : Le Centre Social de Grand-Bassam en détresse, sollicite de l’aide
Crédit : Côte d’Ivoire/Société : Le Centre Social de Grand-Bassam en détresse, sollicite de l’aide