Décès de Bouteflika: le roi du Maroc adresse ses condoléances au président algérien

18 septembre 2021 à 22h06 par AFP

AFRICA RADIO

Le roi du Maroc Mohammed VI a adressé samedi un message de "condoléances et de compassion" au président algérien Abdelmajid Tebboune à la suite du décès de l'ex-chef d'Etat Abdelaziz Bouteflika, ainsi qu'à la famille du défunt.

"En cette douloureuse circonstance, SM le Roi exprime au Président algérien et, à travers lui, à la famille du défunt et au peuple algérien frère, Ses vives condoléances et Sa sincère compassion", affirme ce message diffusé samedi soir par l'agence de presse MAP, au moment où les deux pays voisins du Maghreb traversent une grave crise diplomatique. Abdelaziz Bouteflika, chassé du pouvoir en 2019 après des manifestations populaires massives contre sa volonté de briguer un nouveau mandat, est décédé vendredi à l'âge de 84 ans. Dans ses deux messages, le monarque marocain "dit se remémorer les attaches particulières qui liaient le défunt au Maroc, que ce soit lors des périodes de l'enfance et des études dans la ville d'Oujda ou encore au temps du militantisme pour l'indépendance de l'Algérie soeur, ajoutant que l'histoire retient que feu Bouteflika a marqué une importante phase de l'histoire moderne de l'Algérie". M. Bouteflika était né le 2 mars 1937 à Oujda, au Maroc, tout près de la frontière algérienne, dans une famille originaire de la région de Tlemcen (nord-ouest de l'Algérie). Le souverain marocain fait part de sa "profonde affliction et d'une vive émotion" après avoir appris la nouvelle du décès de l'ancien président algérien qui survient en pleine gel diplomatique entre Alger et Rabat. Le 24 août, l'Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc, en l'accusant "d'actions hostiles" après des mois de tensions exacerbées entre ces deux pays rivaux du Maghreb. Le Maroc a, pour sa part, regretté cette décision "complétement injustifiée" et rejeté "les prétextes fallacieux, voire absurdes, qui la sous-tendent". Les relations entre les deux pays voisins sont traditionnellement difficiles en raison, notamment, de l'épineux dossier du Sahara occidental. Fin juillet, le souverain marocain avait déploré les "tensions" avec l'Algérie, invitant le président algérien Abdelmadjid Tebboune "à faire prévaloir la sagesse" et "oeuvrer à l'unisson au développement des rapports" entre les deux pays. Les liens diplomatiques avaient été rompus une première fois entre les deux pays quand le 7 mars 1976, Rabat mettait fin à ses relations avec Alger qui avait reconnu la République arabe sahraouie démocratique (RASD), autoproclamée par les indépendantistes du Front Polisario. La frontière entre l'Algérie et le Maroc est officiellement fermée depuis le 16 août 1994.