Drame dans un atelier de textile au Maroc: 18 mois de prison pour le propriétaire

Par AFP

AFRICA RADIO

Le propriétaire d'un atelier de textile dans le nord du Maroc où avaient péri noyés 29 employés en majorité des femmes, en février dernier, a été condamné jeudi à un an et demi d'emprisonnement, selon un avocat de la partie civile, un verdict critiqué par les familles des victimes.

Le principal inculpé, Adil El Balili, a reçu une peine de 18 mois ferme, assortie d'une amende de 1.000 dirhams (95 euros) pour "homicide involontaire" par le tribunal de première instance de Tanger où se trouve l'atelier, a précisé à l'AFP l'avocat, Me Abdelmounaïm Rifaï. L'accusé était poursuivi pour homicide involontaire, violation de l'état d'urgence sanitaire, ouverture d'une entreprise sans autorisation, emploi de mineurs sans autorisation et non-respect des conditions d'hygiène et de sécurité au sein de l'atelier, selon les médias locaux. Impliquée dans le drame, la société de distribution d'eau et d'électricité de Tanger, Amendis, une filiale du géant Veolia, a été de son côté condamnée à verser 200.000 dirhams (19.000 euros) de dédommagement aux ayant-droits de 28 des 29 victimes. Le tribunal s'est déclaré incompétent sur l'indemnisation de la 29ème personne décédée, selon Me Rifaï. "Les familles des victimes ne sont pas satisfaites du verdict. Elles insistent sur la responsabilité des autorités locales qui ont autorisé l'atelier, et vont faire appel", a affirmé à l'AFP Zineb Issayeh, membre du comité de soutien des familles des victimes. Le 8 février, en pleine nuit, cet atelier de confection textile, situé au sous-sol d'une résidence privée de la ville portuaire, avait été inondé à la suite de pluies torrentielles, sans aucune issue de secours, entraînant la mort par noyade de 29 employés. Après avoir d'abord évoqué un atelier "clandestin", les autorités avaient reconnu que la société incriminée était "en règle". Le drame, qui avait relancé le débat sur les conditions de travail et les failles du secteur informel au Maroc, avait suscité l'indignation dans tout le pays. Plus de la moitié (54%) de la production du secteur "textile et cuir" du Maroc provient d'unités "informelles", incluant des unités de production "ne répondant pas aux normes légales", selon une étude publiée en 2018 par la Confédération patronale marocaine (CGEM). Ces ateliers, qui travaillent souvent pour de grandes marques internationales, font vivre des milliers de familles à Tanger. De fait, le problème n'est pas nouveau au Maroc. Conditions précaires, salaires très bas, horaires harassants, normes de sécurité discutables... Les pratiques du secteur textile ont été épinglées par différents rapports.