Elizabeth II: le président kenyan salue une "immense icône au service désintéressé"

AFRICA RADIO

9 septembre 2022 à 7h36 par AFP

La reine britannique Elizabeth II était "une immense icône au service désintéressé", a déclaré vendredi le président sortant du Kenya, Uhuru Kenyatta, dans un communiqué exprimant un "profond sentiment de perte" après son décès à l'âge de 96 ans.

"Sa Majesté la reine Elizabeth II était une immense icône au service désintéressé pour l'humanité et une figure de proue essentielle non seulement du Royaume-Uni et du Commonwealth, dont le Kenya est un membre éminent, mais aussi du monde entier", a-t-il déclaré. M. Kenyatta a déclaré avoir "reçu la triste nouvelle (...) avec un grand chagrin et un profond sentiment de perte", rappelant les liens étroits que l'ancienne colonie britannique entretenait avec la reine. Elizabeth II, alors princesse, était en visite au Kenya en février 1952 lorsqu'elle avait appris la mort de son père. Le Kenya était la première étape de la tournée du Commonwealth qu'elle avait entreprise avec son mari, le prince Philip, à la place de son père malade. Le nouveau président élu du Kenya, William Ruto, a également rendu hommage à la reine jeudi soir, saluant son leadership "admirable" au sein du Commonwealth. "Que son souvenir continue de nous inspirer. Nous nous joignons au Commonwealth en deuil et présentons nos condoléances à la famille royale et au Royaume-Uni", a déclaré M. Ruto. "Elle a orienté l'évolution de l'institution vers un forum pour une action multilatérale efficace", a déclaré M. Ruto sur Twitter, décrivant le bloc comme un témoignage de "l'héritage historique" de la reine. Le Commonwealth s'est élargi pour inclure des nations n'ayant aucun lien historique avec la Grande-Bretagne, le Rwanda l'ayant rejoint en 2009. Le président rwandais Paul Kagame a également présenté ses condoléances à la reine, estimant que "le Commonwealth moderne est son héritage". Cette année, le gouvernement britannique a conclu un accord très critiqué pour expulser les demandeurs d'asile du Royaume-Uni vers le Rwanda. Charles, aujourd'hui roi et chef du Commonwealth, était apparemment opposé à ce projet.