En Afrique du Sud, le peuple zoulou couronne un roi controversé

AFRICA RADIO

19 août 2022 à 7h36 par AFP

Le rite doit se tenir dans le plus grand secret: le nouveau roi des Zoulous, souverain coutumier le plus puissant d'Afrique du Sud, sera couronné samedi après une querelle sans fin pour la succession au trône du légendaire "peuple du ciel".

Johannesburg (AFP)

Dans ce pays d'Afrique australe aux 11 langues officielles, les souverains et chefs traditionnels sont reconnus par la Constitution.Rois sans pouvoir exécutif, ils exercent une profonde autorité morale et sont vénérés par leur peuple. 

Pour succéder à son père Goodwill Zwelithini, mort l'année dernière après 50 ans de règne, Misuzulu Zulu, 47 ans, entrera comme le veut la tradition dans "l'enclos à bétail" du palais de KwaKhethomthandayo, à Nongoma, petite ville de la province du KwaZulu-Natal (KZN, sud-est) et berceau de la plus grande ethnie d'Afrique du Sud. 

Seuls quelques membres de la famille royale et amaButho (guerriers) seront autorisés à pénétrerdans cette sorte de temple de la Nation zouloue. Une poignée de personnes sait ce qu'il s'y passera ... 

Le souverain, adoubé par les ancêtres pendant ce premier rite de passage, "sera ensuite présenté à la nation qui s'engagera à le respecter et l'accepter comme roi", explique à l'AFP Gugulethu Mazibuko, spécialiste en cultures africaines à l'Université du KZN.

- Guerre de palais -

Les 11 millions de Zoulous du pays, soit quasiment un Sud-Africain sur cinq, répondent généralement en masse aux invitations à célébrer leur culture. 

Les femmes, en tenues traditionnelles, hululent et frappent le sol en cadence.Les jeunes filles apparaissent seins nus, portant seulement des colliers de perles colorées.  

De longues colonnes d'hommes vêtus de peaux de bêtes et armés de sagaies miment la guerre, héritage du glorieux passé belliqueux contre le colon. 

Car la grandeur et la renommée du peuple zoulou, qui résonnent au-delà des frontières africaines, reposent originellement sur les exploits de Chaka, impitoyable guerrier et créateur de l'armée qui, au XIXe siècle, remporte une bataille sanglante contre l'Empire britannique.

Des guerriers pieds nus, habillés de jupes en peau de singe et de bracelets, défont une armée régulière. L'imaginaire fait le reste, les historiens trouvent un surnom: "les Spartiates d'Afrique". 

"Cette nation est fière de son identité", résume Mme Mazibuko. 

Récemment c'est à l'intérieur du palais que la bataille a fait rage.Fils de la favorite du roi défunt, Misuzulu Zulu est contesté par la première épouse et ses descendants.Le roi Goodwill Zwelithini avait au total six femmes et au moins 28 enfants.

Le weekend dernier, le clan dissident a célébré le couronnement de l'aîné de sa lignée, dans une tentative désespérée de s'emparer du trône.

La première reine, qui a porté son courroux devant les tribunaux, clame être la seule légitime.Et ses filles contestent l'authenticité du testament.Son exécution a été suspendue mais la reine, elle, a été déboutée.

Et dernier rebondissement dans la saga royale, des frères du roi défunt ont annoncé jeudi en conférence de presse un mystérieux troisième prétendant au trône. 

- Paix royale -

Outre la couronne, la fortune du roi est également au centre de la dispute. 

Le roi zoulou est un riche propriétaire de terres gérées par un trust dont il est seul administrateur.Il détient près de 30.000 km2, soit la superficie de la Belgique. Et près de 1.500 propriétés dont il peut tirer des loyers.

Connu pour mener un train de vie fastueux, le roi Zwelithini percevait environ 75.000 euros de l'Etat par an pour son usage personnel, ainsi qu'un budget de 4,2 millions d'euros pour le fonctionnement du royaume, selon un barème publié au journal officiel.

Un soutien à un souverain qui joue un rôle de garant de la paix sociale."Il veille au bien-être de ses sujets, se soucie des questions de pauvreté et du développement de la communauté", plaidant par exemple pour la création d'infrastructures, explique Sihawukele Ngubane de l'Université du KZN.

Dans les prochains mois, le président Cyril Ramaphosa scellera le couronnement en reconnaissant formellement le roi des Zoulous, espérant mettre fin aux rivalités qui menacent la paix sur le royaume.