eNaira : Le nouveau moyen de paiement au Nigéria

Par Karidja Konaté

eNaira

 Depuis ce lundi, les près de 200 millions d'habitants du pays peuvent utiliser la version numérique de la monnaie d'Etat : le eNaira.

C’est pour lutter contre l'essor des cryptomonnaies que le président nigérian Muhammadu Buhari a officiellement lancé ce nouveau mode d’échanges économiques. "Nous sommes devenus le premier pays d'Afrique et l'un des premiers au monde à avoir introduit une monnaie numérique pour nos citoyens", a déclaré M.Buhari.

Avec ce lancement, le Nigeria, première économie d'Afrique en termes de PIB et pays le plus peuplé du continent, fait figure de pionnier sur le continent, aux côtés du Ghana qui teste depuis septembre son e-Cedi, comme nouveau moyen d'échange.

Le président a affirmé que cette nouvelle monnaie numérique améliorerait le commerce transfrontalier, l'inclusion financière pour les personnes en dehors de l'économie formelle et augmenterait les transferts de fonds.

Les cryptomonnaies sont très utilisées au Nigeria, classé en 2020 troisième utilisateur de monnaies virtuelles au monde après les États-Unis et la Russie, par une étude du cabinet de recherche spécialisé Statista.

Avec les cryptomonnaies, les Nigérians cherchent surtout à échapper à la dépréciation constante du naira ces dernières années. Elles leur permettent également de recevoir plus facilement de l'argent de la diaspora ou de faire sortir leur épargne du pays.

L'an dernier, la Chine est devenue la première économie majeure à lancer la version test d'une monnaie numérique. Depuis, au moins cinq pays ont lancé leur monnaie virtuelle, selon le groupe de réflexion américain Atlantic Council.

A travers le monde, les banques centrales cherchent à créer des versions numériques de leurs monnaies, les CBDC, devant la croissance des paiements effectués en ligne et pour concurrencer les cryptomonnaies qui échappent à tout contrôle étatique ou des régulateurs mondiaux.