Erythrée: nouvel appel de la Suède à libérer un journaliste emprisonné depuis 20 ans

23 septembre 2021 à 11h06 par AFP

AFRICA RADIO

Le Premier ministre suédois Stefan Löfven a appelé jeudi à la libération du journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak, emprisonné sans procès en Erythrée depuis 2001, promettant que son pays ne l'abandonnerait "jamais".

"Mon gouvernement comme plusieurs autres précédemment ont travaillé intensément sur le cas de Dawit. Notre travail n'a pas eu jusqu'à présent le résultat que nous souhaitions, mais nous n'abandonnerons jamais", a déclaré le Premier ministre suédois Stefan Löfven dans un message publié sur les réseaux sociaux. "Dawit Isaak est un citoyen suédois et notre objectif très clair est qu'il soit libéré. Il doit retrouver sa famille en Suède", a-t-il plaidé. Dans le même temps, Reporters sans frontières (RSF) a renouvelé son appel à la justice suédoise pour enquêter pour crimes contre l'humanité dans cette affaire, en vertu d'une loi adoptée en 2014 et permettant de saisir la justice suédoise pour ce type de crimes commis à l'étranger. La section suédoise de Reporters sans frontières (RSF) avait déjà déposé plainte en octobre 2020 en Suède contre des responsables érythréens, dont le président Isaias Afewerki, mais le parquet suédois avait refusé d'ouvrir une enquête, jugeant les chances de succès trop faibles. "RSF demande que le ministère public prenne ses responsabilités internationales et ouvre une enquête préliminaire pour crimes contre l'humanité dans le cas de Dawit Isaak", a une nouvelle fois demandé jeudi le groupe dans un communiqué. Dawit Isaak a été arrêté le 23 septembre 2001 après la publication dans le journal qu'il avait créé en Erythrée d'articles réclamant des réformes dans son pays. Il s'était réfugié en Suède en 1987 au moment de la guerre avec l'Éthiopie qui devait aboutir à l'indépendance en 1993 de l'Erythrée où il était retourné en 2001. Ce pays figure en tête du classement des pays les plus répressifs à l'égard de la presse et des journalistes, devant la Corée du Nord et le Turkménistan.