Escalade des tensions entre l'Ethiopie et le chef de l'OMS

AFRICA RADIO

24 janvier 2022 à 15h36 par AFP

Les tensions entre l'Ethiopie et le directeur général de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus, Ethiopien originaire de la région du Tigré théâtre d'un conflit armé, ont connu lundi une nouvelle escalade lors d'une réunion de l'agence onusienne.

L'Ethiopie a vivement critiqué le chef de l'Organisation mondiale de la Santé, dont elle avait déjà dénoncé à la mi-janvier les prises de position sur la situation humanitaire au Tigré, région du nord éthiopien en guerre depuis plus d'un an. L'ambassadeur éthiopien auprès de l'ONU, Zenebe Kebede, a été interrompu à deux reprises par le président de la réunion qui ne lui a pas permis de finir son discours en lui expliquant que ce n'était pas le lieu de discuter du sujet. "Nos tenons à exprimer notre inquiétude. Mon pays, l'Ethiopie, a eu le grand honneur de proposer" en 2017 le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus pour un premier mandat à la tête de l'OMS, a déclaré M. Kebede. "Malheureusement, le Dr Tedros n'a pas été à la hauteur du niveau d'intégrité et des attentes professionnelles requises pour sa fonction et son poste. Il a également utilisé sa charge pour promouvoir ses intérêts politiques personnels au détriment des intérêts de l'Ethiopie", a-t-il ajouté. Il a ajouté que "l'Ethiopie reste tolérante face à ses violations", mais a dit espérer que le chef de l'OMS, seul candidat à sa réélection à la tête de l'organisation, "cesse sa mauvaise conduite". Le Dr Tedros, dont la candidature sera examinée mardi, a critiqué à plusieurs reprises la situation humanitaire au Tigré. Le conflit qui oppose depuis novembre 2020 l'armée fédérale à des rebelles dans cette région du nord de l'Ethiopie a fait des milliers de morts et la région est soumise, selon l'ONU, à un "blocus de facto" de l'aide humanitaire. Le 12 janvier, le Dr Tedros a estimé que "nulle part ailleurs dans le monde nous assistons à un enfer comme au Tigré". Ces commentaires menacent l'intégrité de l'OMS, selon le gouvernement éthiopien qui a demandé à la mi-janvier, dans une note verbale adressée à l'agence onusienne, l'ouverture d'une enquête pour "forfaiture" à l'encontre du Dr Tedros. Cette note verbale, qui ne fait pas partie de l'agenda du Conseil exécutif cette semaine à Genève, a toutefois été mentionnée par le président de la réunion, le Kényan Patrick Amoth. "Il s'agit d'une question extrêmement compliquée qui a des implications politiques et qui sort du cadre procédural convenu par ce comité", a-t-il dit. Raison pour laquelle le comité a accepté sa proposition de ne pas traiter le sujet.