Eswatini: la police disperse une manifestation pro-démocratie

AFRICA RADIO

13 mai 2022 à 16h21 par AFP

La police de l'Eswatini, dernière monarchie absolue d'Afrique, a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour disperser vendredi une manifestation pro-démocratie commémorant l'assassinat voici un an d'un jeune militant.

Le corps mutilé de Thabani Nkomonye avait été retrouvé il y a un an, une mort que ses amis étudiants avaient attribuée à la police. Son décès avait entraîné des manifestations contre le roi Mswati III, qui avaient fait au moins 28 morts en juin 2021. Environ 2.000 manifestants ont défilé dans les rues de l'une des principales villes, Manzini, mais la police a fait usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc pour les disperser. "Maintenant, il est clair que Mswati ne nous donnera pas la liberté sur un plateau d'argent", a déclaré un manifestant sous le couvert de l'anonymat. Cette manifestation était organisée par l'Union nationale des étudiants. Lors de la dispersion par la police, au moins quatre étudiants ont été blessés par des balles en caoutchouc. Dans l'enquête sur la mort de l'étudiant l'an dernier, personne n'a été poursuivi et la police a été blanchie de tout soupçon la semaine dernière. Ce jeune militant pro-démocratie avait été retrouvé dans un champ, les yeux crevés et avec trois plaies majeures sur le corps. La police avait affirmé qu'il était mort dans un accident de voiture. "Justice doit être rendue à Thabani. En tant que jeunes, nous avons la responsabilité de continuer sa lutte, en son honneur, pour libérer la jeunesse de ce pays", a déclaré un leader du syndicat étudiant, Colani Maseko. Dans ce petit pays pauvre et enclavé d'Afrique australe, anciennement appelé Swaziland, le roi nomme les ministres, contrôle le Parlement et les partis politiques sont interdits depuis près de 50 ans. Couronné en 1986 à l'âge de 18 ans, Mswati III, qui a 15 épouses et plus de 25 enfants, est décrié pour sa poigne de fer et son train de vie fastueux dans un pays dont les deux-tiers de la population vivent sous le seuil de pauvreté.