Etat islamique en Syrie: un jihadiste français et son épouse marocaine jugés à Paris

AFRICA RADIO

16 janvier 2023 à 18h51 par AFP

Le procès d'un jihadiste français qui avait rejoint l'organisation Etat islamique (EI) en Syrie en février 2015 avec sa femme marocaine et leur enfant alors âgé de 2 mois s'est ouvert lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris.

Jonathan Geffroy, son épouse Latifa Chadli, tous deux âgés de 40 ans, comparaissent pour participation à une association de malfaiteurs terroriste. Seul accusé dans le box - son épouse et sa mère comparaissent libres sous contrôle judiciaire -, Jonathan Geffroy, cheveux courts et barbe soigneusement taillée, est devenu une précieuse source d'informations pour les autorités françaises depuis son interpellation il y a six ans. Ayant lui-même contacté les services français de renseignements intérieurs en novembre 2016, il est capturé début 2017 par l'Armée syrienne libre (ASL) tandis qu'il cherche à fuir la Syrie avec sa femme et leur fils. Remis à la France en septembre 2017, il a notamment révélé aux enquêteurs que l'EI envisageait d'envoyer des enfants-soldats - les "lionceaux du califat" - en Europe "pour y mener des opérations suicides". Selon Jonathan Geffroy, l'EI avait également prévu de "semer la terreur dans les campagnes françaises" et "cibler une centrale nucléaire française". Il a en outre livré les noms de dizaines de Français ayant rejoint l'organisation jihadiste. Originaire de Toulouse (sud), il avait rejoint la Syrie et les rangs de l'EI en février 2015 avec sa femme Latifa Chadli et leur premier enfant, âgé alors seulement de deux mois, partie civile dans le procès de ses parents par l'intermédiaire d'une association. "Le niqab, je ne le porterai plus. Je ne veux plus dépendre de personne", a affirmé à la barre Latifa Chadli, les cheveux bruns relevés en chignon. Le couple est également poursuivi pour abandon de famille pour être parti dans la zone irako-syrienne en février 2015, avec leur premier enfant âgé de 2 mois. Le couple a eu un deuxième enfant, né en Turquie en juin 2017, quatre mois après leur interpellation par l'Armée syrienne libre (ASL) alors qu'il cherchait à fuir la Syrie. Le premier enfant, confié à une famille d'accueil, est partie civile par l'intermédiaire de l'association SOS Victimes 93. La mère de M. Geffroy, Denise P., 59 ans, comparaît pour financement d'entreprise terroriste pour avoir envoyé plusieurs milliers d'euros à son fils quand il était en zone irako-syrienne. "J'aidais mon fils, pas le combattant", explique cette chrétienne évangéliste, à la barre. Converti à l'islam en 2007, Jonathan Geffroy s'est assez vite radicalisé, notamment en fréquentant la mosquée Basso Cambo, dans le quartier du Mirail à Toulouse, où sont passés de nombreux futurs jihadistes. En Syrie, Jonathan Geffroy a servi dans les rangs de la katiba (brigade) Anwar al-Awlaki, un détachement de l'EI regroupant quelques dizaines de Français dont les frères Jean-Michel et Fabien Clain, également originaires de Toulouse, deux responsables de la propagande de l'EI, qui revendiqueront les attentats du 13 novembre 2015 en France. Il combattra également à Ramadi en Irak dans les rangs de la katiba d'élite Tariq Ibn Zyad, créée par Abdelilah Himich (un des combattants français les plus gradés de l'EI, connu sous le nom de guerre d'Abou Souleymane al-Faransi, le Français), dont ont fait partie notamment les assaillants du Bataclan. Jonathan Geffroy et Latifa Chadli encourent trente ans de réclusion criminelle, Denise P. dix ans de prison. Le procès est prévu jusqu'au 23 janvier.