Ethiopie: l'armée reprend aux rebelles Lalibela, site du patrimoine mondial (gouvernement)

Par AFP

AFRICA RADIO

Les forces pro-gouvernementales éthiopiennes ont repris le contrôle du site de Lalibela, classé par l'Unesco au patrimoine mondial, qui était passé en août sous le contrôle des rebelles de la région éthiopienne du Tigré, en proie à un conflit armé, a annoncé mercredi le gouvernement.

Addis Abeba (AFP)

Les forces pro-gouvernementales ont "saisi la ville historique de Lalibela et l'aéroport international de Lalibela", a annoncé le service de communication du gouvernement dans un communiqué.

Lalibela est un site célèbre pour ses églises taillées dans le roc et classé par l'Unesco au patrimoine mondial, dans la région voisine d'Amhara.

Le communiqué ajoute que les forces pro-gouvernementales "marchent également sur la ville de Sekota" dans la région d'Amhara dans le nord de l'Ethiopie, alors même que des combats se seraient étendus à Debre Sina, une ville située à moins de 200 kilomètres par la route d'Addis Abeba.

Plus tôt mercredi, les autorités éthiopiennes ont affirmé que les forces pro-gouvernementales avaient repris la localité de Shewa Robit, située à environ 220 kilomètres de la capitale Addis Abeba, une semaine après que les rebelles tigréens en avaient revendiqué le contrôle.

Forces pro-gouvernementales et rebelles du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) s'affrontent depuis plus d'un an dans le nord de l'Ethiopie.

En juin, les rebelles ont repris l'essentiel du Tigré, puis avancé dans les régions voisines de l'Afar et de l'Amhara, où ils ont affirmé début novembre avoir capturé les villes de Dessie et Kombolcha, carrefour stratégique sur la route menant à la capitale. 

Les combats se dérouleraient actuellement sur trois fronts, dont un près de Debre Sina.

Les craintes d'une marche des rebelles sur Addis Abeba ont amené plusieurs pays, dont les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne à appeler leurs citoyens à quitter l'Éthiopie dès que possible, bien que le gouvernement affirme que les gains revendiqués par le TPLF sont exagérés.

La guerre a éclaté en novembre 2020 après que le Premier ministre Abiy Ahmed a envoyé l'armée dans la région du Tigré afin d'y destituer les autorités locales, issues du TPLF, qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires.

En près de 13 mois, la guerre a fait plusieurs milliers de morts, plus de deux millions de déplacés et plongé des centaines de milliers d'autres dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.