Ethiopie: Paris appelle les belligérants au cessez-le-feu et au dialogue

Par AFP

AFRICA RADIO

La France a appelé mercredi à l'instauration d'un cessez-le-feu et d'un "dialogue politique" entre belligérants en Ethiopie, où les rebelles du nord se rapprochent de la capitale.

"Il est urgent que les parties mettent en place un cessez-le-feu et restaurent les accès humanitaires et qu'ils s'engagent dans la lutte contre l'impunité", a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. "Seule une issue politique et le lancement d'un dialogue politique assureront la stabilité, l'intégrité et l'unité du pays", a ajouté Anne-Claire Legendre. Le Premier ministre Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, a envoyé début novembre 2020 l'armée fédérale au Tigré afin de destituer les autorités de cette région, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. M. Abiy avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel de la région et ont poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar. Fin octobre, le TPLF a revendiqué la prise de deux villes-clés en Amhara, se rapprochant ainsi de la capitale - ce qu'avait démenti le gouvernement éthiopien. Le TPLF, qui s'est allié avec un groupe rebelle oromo actif dans la région qui entoure la capitale, a affirmé cette semaine se trouver à Shewa Robit, à 220 km au nord-est d'Addis Abeba. "La France, en liaison étroite avec ses partenaires européens et internationaux, apporte son plein soutien aux efforts conduits par le Haut représentant de l'Union africaine pour la Corne de l'Afrique, M. Olusegun Obasanjo, pour faciliter le lancement d'un tel processus politique", a ajouté la porte-parole. La France a appelé mardi ses ressortissants à quitter "sans délai" l'Ethiopie. "Tous les voyages vers l'Éthiopie sont formellement déconseillés", tout comme les transits à l'aéroport international d'Addis-Abeba, a souligné le Quai d'Orsay.