Etrangers condamnés à mort en Ukraine: un chef séparatiste pro-russe ne veut pas changer leur peine

AFRICA RADIO

12 juin 2022 à 10h51 par AFP

Un dirigeant séparatiste prorusse de l'est de l'Ukraine a affirmé dimanche ne pas vouloir modifier la peine des deux Britanniques et du Marocain condamnés à mort pour avoir combattu avec l'armée ukrainienne, la trouvant "juste".

"Ils sont venus en Ukraine tuer des civils pour de l'argent. C'est pourquoi je ne vois pas de conditions à une quelconque atténuation ou modification de peine", a déclaré aux journalistes Denis Pouchiline, le dirigeant de la région séparatiste de Donetsk, qui les a condamnés. Selon Denis Pouchiline, "le tribunal à infligé une punition parfaitement juste" aux trois combattants. Il a aussi accusé le Premier ministre britannique, Boris Johnson, de ne pas s'être inquiété de leur sort et de n'avoir pas pris contact avec les autorités séparatistes. Denis Pouchiline s'exprimait lors d'une rencontre avec la presse à laquelle a participé l'AFP à Marioupol, dans le cadre d'un voyage organisé par le ministère russe de la Défense dans cette ville ukrainienne ravagée par les combats et conquise par les forces russes et séparatistes en mai. Samedi, le porte-parole de Boris Johnson a indiqué que ce dernier était "consterné" par la condamnation à mort des Britanniques Aiden Aslin et Shaun Pinner et du Marocain Brahim Saadoun. "Clairement, ils servaient dans les forces armées ukrainiennes et sont des prisonniers de guerre", et non des mercenaires comme les en accusent les autorités séparatistes de Donetsk, a précisé le porte-parole, assurant que Londres travaillait avec Kiev à leur libération. Selon les familles d'Aiden Aslin et Shaun Pinner, les deux hommes installés dans le pays depuis 2018 et en couple avec des Ukrainiennes servaient dans l'armée ukrainienne depuis plusieurs années. Vendredi, l'ONU a exprimé son inquiétude après la condamnation à mort de ces prisonniers de guerre par les rebelles pro-russes.