Face à Blinken, le président tunisien Saied défend son coup de force

AFRICA RADIO

14 décembre 2022 à 17h51 par AFP

Le président tunisien Kais Saied a défendu mercredi face au chef de la diplomatie américaine Antony Blinken sa décision de suspendre le Parlement en juillet 2021, soutenue selon lui par des députés et la population à un moment où le pays était "au bord de la guerre civile".

Saluant le "partenariat de longue date" entre les Etats-Unis et la Tunisie, Antony Blinken avait peu avant exprimé le soutien américain à des "élections inclusives et transparentes" afin de s'assurer que des "voix diverses soient entendues en Tunisie", trois jours avant le scrutin législatif prévu le 17 décembre, boycotté par l'opposition. "Les citoyens tunisiens, où que j'aille, demandaient de dissoudre le Parlement donc j'ai fini par le dissoudre", a expliqué Kais Saied lors de cette réunion en marge du Sommet des dirigeants Etats-Unis-Afrique. "Pourquoi? Parce que le pays était au bord de la guerre civile, donc je n'avais pas d'autre choix afin de sauver la nation tunisienne d'une mauvaise passe". Il a aussi expliqué avoir reçu, à l'époque, "beaucoup de députés à Carthage (où se trouve le palais présidentiel, ndlr) demandant de dissoudre le Parlement". Le président Saied avait annoncé la suspension des travaux du Parlement tunisien et le limogeage du Premier ministre Hichem Mechichi le 25 juillet 2021, affirmant vouloir "sauver" le pays, rongé par des mois de blocages politiques et un nouveau pic meurtrier de la pandémie de Covid-19. Le principal parti d'opposition, Ennahdha, avait dénoncé un "coup d'Etat". "Les gens sont sortis dans la rue cette même nuit, le 25 juillet 2021. Ils étaient tellement heureux et joyeux, comme s'ils se débarrassaient d'un vrai cauchemar", a-t-il poursuivi. Le président tunisien avait ensuite dissous complètement le corps législatif le 30 mars, puis soumis à référendum une nouvelle Constitution le 25 juillet 2022 prévoyant l'élection d'un nouveau Parlement aux pouvoirs très limités. Le processus, boycotté par l'opposition, est très critiqué en raison de la faible présence des femmes (15% des candidats) et du manque de candidats dans certaines circonscriptions pour ces élections auxquelles se présentent 1.038 candidats. Depuis 2011, la Tunisie accumule des difficultés économiques, exacerbées par la pandémie de Covid-19 puis par la guerre en Ukraine qui a creusé son endettement au-delà des 100% du PIB, en raison d'une grande dépendance aux importations de céréales et carburants.