Financement libyen : Takieddine interrogé à Beyrouth par des magistrats français

Par AFP

AFRICA RADIO

Des magistrats français ont interrogé jeudi à Beyrouth l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine au sujet notamment des soupçons de financement libyen de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy, a indiqué une source judiciaire libanaise à l'AFP.

M. Takieddine est en fuite au Liban depuis sa condamnation en juin 2020 à cinq ans de prison ferme dans le volet financier de l'affaire Karachi. Selon cette source judiciaire, il est incarcéré au Liban depuis juillet dernier à la suite d'un mandat d'arrêt émis par un juge libanais sur la base de sa condamnation en France. Le Liban refuse d'extrader ses ressortissants et les juge sur son sol s'ils sont condamnés à l'étranger. La délégation française se compose d'un juge d'instruction et de deux procureurs, a précisé cette source. L'interrogatoire s'est déroulé jeudi en présence de deux juges libanais auprès de la cour de cassation au palais de justice de Beyrouth. L'interrogatoire porte sur les soupçons de "financement de la campagne de Sarkozy par le régime de Mouammar Kadhafi et d'autres affaires financières", a ajouté cette source. L'ancien chef de l'État a toujours contesté tout financement de ce type. Il est mis en examen dans ce dossier pour "association de malfaiteurs", "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de fonds publics libyens". M. Takieddine, qui accusait depuis des années Nicolas Sarkozy d'avoir touché de l'argent du régime libyen pour financer sa campagne présidentielle en 2007, s'était rétracté dans un entretien accordé à Paris Match et BFMTV diffusé le 11 novembre 2020, soit un an jour pour jour avant cet interrogatoire à Beyrouth. D'autres magistrats financiers français que ceux travaillant sur les soupçons de financement libyen enquêtent de manière séparée sur cette rétractation, soupçonnant qu'elle a pu être monnayée ou du moins orientée de manière frauduleuse. Le septuagénaire était revenu sur sa rétractation deux mois plus tard devant les juges chargés de l'enquête principale venus l'interroger au Liban. Connu pour sa versatilité, l'intermédiaire avait alors déclaré que ses propos avaient été "déformés". Sollicitée, l'avocate française de M. Takieddine, Me Elise Arfi, a indiqué qu'elle n'avait "pas cette information" d'un interrogatoire à Beyrouth. Le parquet national financier français n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.