Finlande: début du procès en appel d'un accusé de crimes de guerre au Liberia

AFRICA RADIO

10 janvier 2023 à 12h06 par AFP

Le procès en appel d'un ancien rebelle sierra-léonais accusé d'atrocités pendant la guerre civile au Liberia et acquitté en première instance a débuté mardi à Turku, dans le sud-ouest de la Finlande.

Surnommé à l'époque "l'Ange Gabriel" selon des témoins, Gibril Massaquoi, qui a un peu plus de 50 ans et est installé en Finlande depuis 2008, est poursuivi pour viols, meurtres rituels et recrutements d'enfants soldats, des accusations qu'il nie en bloc. Ce premier jour d'audience devait aborder les questions de confidentialité des témoins, avant la présentation du dossier par le procureur puis la défense de M. Massaquoi. Ce dernier encourt la perpétuité pour meurtres, "crimes de guerre aggravés" et "crimes contre l'humanité aggravés" commis ou ordonnés entre 1999 et 2003. Comme lors du premier procès, la cour se délocalisera: d'abord au Liberia pendant deux mois à partir de début février, puis au Sierra Leone en mai pour entendre des témoins, avant de retourner en Finlande en juin, selon la cour d'appel de Turku. Gibril Massaquoi est un ancien haut responsable du Front révolutionnaire uni (RUF), un groupe armé sierra-léonais dirigé par le caporal Foday Sankoh, un proche de l'ex-chef de guerre libérien devenu président Charles Taylor. La guerre civile au Liberia, l'une des plus sanglantes de l'histoire du continent africain,a fait 250.000 morts entre 1989 et 2003. M. Massaquoi avait été arrêté en Finlande en 2020, à la suite de la mobilisation de l'organisation Civitas Maxima qui tente de faire juger des responsables de la guerre civile, et placé en détention dans l'attente de son procès. Il rejette en bloc toutes les accusations d'exactions, affirmant notamment qu'il n'était pas au Liberia à l'époque des faits qui lui sont reprochés. En avril dernier, le tribunal de première instance de Pirkanmaa l'avait acquitté, arguant que l'accusation n'avait pas "prouvé avec une certitude suffisante" son implication dans ces crimes. Le parquet avait fait appel peu après. Jadis professeur, Gibril Massaquoi avait été autorisé à s'établir en Finlande en 2008 après avoir témoigné en 2003 devant le tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) mis en place par l'ONU. Il avait alors reçu une immunité pour les actes commis dans son pays, mais pas au Liberia. De nombreuses personnalités impliquées dans la guerre civile occupent toujours des postes économiques et politiques importants au Liberia. En juin 2021, l'ex-commandant rebelle libérien Alieu Kosiah a été condamné à 20 ans de prison par le tribunal pénal fédéral suisse, devenant le premier Libérien condamné pour des crimes de guerres commis pendant le conflit dans son pays.