Football : « Plus de Sélectionneur expatrié à la tête des éléphants de Côte d’Ivoire », Moussa Traoré

Football: « Plus de Sélectionneur expatrié à la tête des éléphants de Côte d’Ivoire », Moussa Traoré

6 mars 2022 à 16h41 par Juliette Abwa

Après l’élimination des Eléphants de Côte d’Ivoire en 8ème de finale de la CanTotalEnergies 2021 au Cameroun et leur non-participation à la coupe du monde au Qatar2022, Moussa Traoré-ancien président de l’Union des Journalistes de Côte d’Ivoire (UNJCI) préconise une compétence locale pour entrainer l’équipe nationale de football.

C’est au cours d’une conférence de presse qui s’est tenue à Abidjan dans la commune de Cocody le 05 mars 2022 que, l’ancien président de l’UNJCI et fondateur de l’ONG ‘Confrères Journalistes’ s’est adressé à la presse nationale et internationale. Objectif, faire entendre sa voix auprès des futurs dirigeants de la Fédération Ivoirienne de Football. En effet, après un bilan mitigé de Patrice Beaumelle-actuel sélectionneur de l’équipe nationale de football de Côte d’Ivoire, Moussa Traoré préconise le choix d’un sélectionneur local. Quelques noms sont avancés par ce dernier notamment : Kolo Touré, Ibrahim Kamara, Valentin Zahoui…

« Depuis la mise sur pied de l’équipe nationale de football en 1960, cette équipe des Eléphants a connu 36 sélectionneurs parmi lesquels 21 expatriés dont 02 sont revenus à 0 2reprises et 10 sélectionneurs locaux. Chez les techniciens locaux, Yéo Martial a remporté la CAN de 1992 et Kamara Ibrahim a remporté la CAN des cadets en 2013. A contrario, les expatriés qui sont mieux payés avec des enveloppes de 30 à 45 millions de FCFA/mois, les résultats ne sont pas toujours à la hauteur des sacrifices financiers consentis. En effet, sur les 21 expatriés, Hervé renard a remporté une CAN, Henri Michel a qualifié le pays pour la coupe du monde 2006, Vahid en 2010 et Lamouchi en 2014 et tous ont été incapables de nous faire franchir le premier tour, juste de la figuration », affirme Moussa Traoré.

Au regard de ce qui précède, le président de l’ONG ‘Confrères Journalistes’ pense qu’il est temps de faire confiance aux techniciens locaux, de construire un projet viable qui s’inscrit sur la durée et surtout de penser à la formation des techniciens locaux. « Au moment où s’achève le contrat de Patrice Beaumelle à la tête des Eléphants, je pense qu’il est temps d’oser courageusement le choix d’un technicien local et de monter un projet sur le moyen et long terme » a-t-il déclaré. 

Après l’exemple de Aliou Cissé au Sénégal, Djamel Belmadi en Algérie et plus récemment Rigobert Song Bahanag au Cameroun, Moussa Traoré espère que sa doléance sera prise en compte par les futurs dirigeants de la Fédération Ivoirienne de Football dont les élections sont prévues le 23 Mars prochain à Yamoussoukro.