France: perpétuité en appel pour un Algérien auteur d'un attentat avorté

Par AFP

AFRICA RADIO

La réclusion à perpétuité a été confirmée jeudi à l'encontre d'un étudiant algérien, Sid-Ahmed Ghlam, jugé en appel pour le meurtre d'une jeune femme et un attentat avorté contre une église en région parisienne en avril 2015.

L'accusé, "en état de stress", selon la présidente de la cour d'assises spéciale de Paris, Emmanuelle Bessone, a refusé de se présenter à l'audience pour l'énoncé du jugement. La cour a été obligée d'envoyer un huissier lui notifier son jugement. "Cela démontre la lâcheté de cet individu qui s'est révélé finalement incapable d'affronter la famille d'Aurélie Chatelain", a commenté Me Antoine Casubolo-Ferro, l'avocat de la jeune femme assassinée. La cour s'est finalement montrée moins sévère que les réquisitions des avocats généraux du parquet national antiterroriste (PNAT) qui avaient réclamé la peine maximum prévue par la loi. Si Ghlam écope, comme en première instance, de la perpétuité, il n'est plus soumis à une peine de sûreté de 22 ans. En revanche, son interdiction de territoire à l'issue de son emprisonnement a été confirmée. A l'ouverture de l'audience, Sid-Ahmed Ghlam avait demandé "pardon" à la famille de la jeune femme, mère d'une petite fille de 4 ans à l'époque des faits. "Que vaut ce pardon alors qu'il s'obstine à ne pas reconnaître l'assassinat d'Aurélie?", a confié à l'AFP le père de la jeune femme, Jean-Luc Chatelain. Au cours de son procès en appel, Ghlam, a reconnu s'être rendu en Syrie en octobre 2014 et février 2015 pour y rencontrer des cadres de l'Etat islamique et prêter allégeance à l'organisation islamiste. Il a admis qu'il comptait bien commettre un attentat meurtrier contre une église de Villejuif. Mais, il a nié être l'assassin d'Aurélie Châtelain, une mère de famille de 32 ans, tuée sur un parking de Villejuif le 19 avril 2015. Au cours des audiences, il a simplement admis porter "une part de responsabilité" dans la mort de la jeune femme, évoquant un mystérieux complice, dont les enquêteurs n'ont trouvé aucune trace. Seuls le sang et l'ADN de Sid-Ahmed Ghlam ont été retrouvés sur la scène de crime, ont rappelé les enquêteurs au cours du procès. Après l'assassinat, M. Ghlam s'était blessé à la cuisse en remettant son arme à la ceinture. Cette blessure l'a contraint à renoncer à son projet d'attentat contre une église. Autre concession de l'étudiant algérien, il a admis pendant son procès en appel que son plan était bien de tuer des paroissiens dans cette église et pas seulement de leur "faire peur" comme il l'avait affirmé lors de son premier procès. Les trois principaux co-accusés de Sid-Ahmed Ghlam ont vu leurs peines réduites par rapport au jugement de première instance. Rabah Boukaouma, considéré par l'accusation comme le "logisticien en chef" de l'opération a été condamné à 25 ans de réclusion contre 30 ans en première instance. Comme Ghlam et les autres co-accusés sa peine n'est pas assortie d'une période de sûreté. Ami et "bras droit" de M. Boukaouma, qu'il a accompagné lors de plusieurs déplacements en lien avec l'affaire, Farid Brahami a vu sa peine passer de 25 à 18 ans de prison. Abdelkader Jalal, contacté par M. Boukaouma pour fournir des gilets pare-balles et un véhicule volé qui a servi de "cache" pour les armes, a été condamné à 13 ans de prison, contre 15 ans assortis d'une période de sûreté des deux-tiers en première instance.