Gambie: des centaines de personnes réclament justice pour les crimes de l'ère Jammeh

Par AFP

AFRICA RADIO

Des centaines de Gambiens vêtus de blanc ont manifesté pacifiquement samedi à Banjul pour réclamer justice pour les crimes commis sous l'ancien dictateur Yahya Jammeh, au moment où ce dernier est au coeur de la prochaine présidentielle, a constaté un correspondant de l'AFP.

Au même moment, le ministère de la Justice a affirmé l'engagement du gouvernement à appliquer, "dans le meilleur intérêt des Gambiens", les futures recommandations d'une commission qui a enquêté pendant deux ans sur ces crimes, comme l'ont réclamé environ les quelque 400 manifestants. Ces recommandations sont très attendues, surtout en ce qui concerne l'ouverture éventuelle d'un procès contre Yahya Jammeh, au pouvoir de 1994 jusqu'à son départ forcé en exil en 2017 sous la pression d'une intervention militaire ouest-africaine. La Commission Vérité Réconciliation et Réparations (TRCC) vient de reporter pour la troisième fois la publication de son rapport, sans préciser s'il serait présenté avant la présidentielle du 4 décembre. "Non à l'impunité" ou "Plus jamais ça" avaient écrit les manifestants sur leur tee-shirt et sur des pancartes. S'adressant au président Adama Barrow et au gouvernement, le président de Tango, une fédération d'ONG qui avait appelé à manifester avec une association de victimes, a lancé: "Renouvelez votre engagement et celui de votre gouvernement à garantir que la TRCC n'a pas travaillé pour rien (...) nous attendons une application rapide, transparente et juste des recommandations que soumettra la TRCC". "Il serait malheureux que vous, la classe politique, sacrifiiez, le bien-être des victimes sur l'autel des opportunités politiques", a dit John C. Njie du haut de la tribune. Il a prévenu que son organisation pouvait en faire un enjeu de la présidentielle. Yahya Jammeh a fait la démonstration vendredi du poids qu'il conserve en dénonçant à distance l'accord conclu entre son parti et celui de l'actuel président en vue de la présidentielle. Son parti avait annoncé début septembre une alliance avec celui de l'actuel président pour le soutenir à la présidentielle. L'intervention de Yahya Jammeh rebat les cartes de la campagne. Elle a lieu alors que les intentions du président Barrow sont inconnues si la commission recommande un procès contre son prédécesseur. Le ministère de la Justice veut "assurer à toutes les victimes, aux Gambiens et à ses partenaires que le gouvernement maintient son engagement plein et entier à appliquer les recommandations de la TRCC dans le meilleur intérêt des Gambiens et sans crainte ni favoritisme", a-t-il déclaré dans un communiqué. M. Jammeh a pris le pouvoir en 1994 à la faveur d'un putsch. Il a gouverné d'une main de fer ce pays d'un peu plus de deux millions d'habitants, l'un des plus pauvres au monde, jusqu'en janvier 2017. Il s'est alors enfui en Guinée équatoriale après avoir perdu la présidentielle face à Adama Barrow.