Forum Investir en Afrique 2024

Gaza: Allemagne, France, Egypte, Jordanie appellent à "arrêter l'effusion de sang"

Les ministres des Affaires étrangères allemand, français, égyptien et jordanien ont appelé jeudi à la désescalade après plusieurs jours d'échanges de tir entre des groupes armés de la bande de Gaza et Israël.

AFRICA RADIO

11 mai 2023 à 14h36 par AFP

"L'effusion de sang doit s'arrêter maintenant", a déclaré la cheffe de la diplomatie allemande Annalena Baerbock lors d'une rencontre avec ses trois homologues à Berlin. "Nous devons nous opposer ensemble aux opérations militaires, la violence doit cesser", a ajouté le ministre jordanien Ayman Safadi lors d'une conférence de presse. Une nouvelle flambée de violences, la plus importante entre des mouvements à Gaza et Israël depuis août 2022, a débuté mardi par des frappes israéliennes sur le territoire palestinien, visant l'organisation Jihad islamique, considérée comme "terroriste" par l'Etat hébreu, l'Union européenne et les Etats-Unis. En représailles, de nombreux tirs de roquettes ont visé le territoire israélien depuis mercredi. "Israël, comme tous les autres pays du monde, a le droit de défendre sa population contre les attaques", a réaffirmé Mme Baerbock rappelant cependant le pays au "devoir de protéger la population civile" et au respect de "la proportionnalité". Elle a également condamné les tirs de roquettes de Gaza vers Israël : "Ces attaques doivent cesser immédiatement" car "rien, pas même ces terribles victimes civiles, ne peut justifier la terreur aveugle des missiles contre la population d'Israël à laquelle nous assistons depuis hier". "Je réitère la condamnation par l'Égypte des options militaires israéliennes dans la bande de Gaza, qui ont conduit à la mort d'enfants et de femmes en martyrs", a déclaré le chef de la diplomatie égyptienne Sameh Shoukry. Ces opération mettent "non seulement en danger la sécurité régionale et ruinent tous les espoirs de stabilité et de coexistence pacifique dans la région, mais réduisent également à néant tous nos efforts dans ce cercle vicieux de violence", a-t-il ajouté. L'Egypte, médiateur traditionnel entre les belligérants, s'active pour obtenir un cessez-le-feu qui mettrait un terme à cette escalade qui a coûté la vie à 25 Palestiniens dont des enfants. La ministre française Catherine Colonna a envoyé un message similaire : "La violence persiste, la violence augmente et nous savons que la violence nourrit la violence, elle tue", a-t-elle déploré. "L'engrenage de la violence ne cessera pas tant qu'une solution juste et durable au conflit israélo-palestinien ne sera pas trouvée", a-t-elle ajouté. Les ministres des quatre pays se sont retrouvés à Berlin pour examiner les mesures susceptibles de "rouvrir un horizon politique pour le règlement du conflit israélo-palestinien et de promouvoir toute action permettant d'y contribuer", selon un communiqué du Quai d'Orsay.