Grèce: un Somalien, condamné à 142 ans de prison pour trafic de migrants, bientôt libéré

AFRICA RADIO

9 janvier 2023 à 19h06 par AFP

La cour pénale de l'île grecque de Lesbos a annoncé lundi lors d'une procédure en appel la libération d'ici un mois d'un Somalien, condamné en 2021 à 142 ans de prison pour trafic de migrants.

Mohammad Hanad Abdi, Somalien de 29 ans, qui a fui son pays pourchassé par le groupe terroriste Al-Shabab, a été condamné en mai 2021 à 142 ans de prison dont vingt ans ferme d'emprisonnement pour transport illégal de migrants avec des circonstances aggravantes puisque deux femmes se sont noyées lors d'un trajet en mer. Dans la loi grecque (4251- article 30), datant de 2014, tout migrant accusé d'avoir conduit un canot de réfugiés encourt une peine minimale de dix ans de prison, même s'il est prouvé que ce n'est pas un passeur et qu'il n'a pas été payé pour effectuer la traversée. La loi prévoit par ailleurs quinze ans d'emprisonnement pour toute personne morte lors du voyage, et huit ans pour chaque passager transporté. Le 1er décembre 2020, Mohammad Hanad Abdi était monté avec 33 autres personnes dans un bateau. Après vingt minutes, le moteur s'était arrêté. Avant de les abandonner, le passeur a pointé un pistolet sur Mohammad en lui ordonnant en turc de guider l'embarcation. Lundi, la cour a considérablement réduit sa peine à 8 ans de prison. En raison de son "bon comportement", de "près d'un an et demi de travaux généraux effectués" et du fait qu'il a purgé déjà deux ans et demi en prison, il sera libéré d'ici un mois explique un de ses avocats Alexandros Giorgoulis. Le mois dernier, deux Afghans, Akif Razouli et Amir Zahiri, qui avaient été condamnés à 50 ans de prison, ont été libérés en appel dans une affaire similaire. Stelios Kouloglou, eurodéputé grec de gauche, présent lors de l'audience, a déclaré qu'"il fallait continuer à se mobiliser sur cette question. Des milliers d'autres migrants actuellement dans les prisons grecques accusés d'être des passeurs sont condamnés à tort". C'est d'après l'eurodéputé, qui a lancé une campagne d'information auprès de ses collègues au Parlement européen, "la deuxième catégorie de détenus la plus importante en Grèce".