Guerre en Ukraine: l'Afrique du Sud se dit "amie" de la Russie

AFRICA RADIO

23 janvier 2023 à 16h06 par AFP

L'Afrique du Sud, critiquée pour sa position "neutre" refusant de condamner Moscou depuis le début de la guerre en Ukraine, a franchi un nouveau cap lundi en se disant "amie" de la Russie, lors d'une rencontre entre les chefs de la diplomatie des deux pays à Pretoria.

Le pays d'Afrique australe a récemment annoncé qu'il accueillerait en février les marines russe et chinoise pour des manoeuvres communes au large de ses côtes et "renforcer des relations déjà florissantes". "Tous les pays effectuent des exercices militaires avec leurs amis", a déclaré lundi la ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor, lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov. La ministre a salué "une rencontre des plus agréables" avec un "partenaire précieux". Les exercices navals à venir "reflètent une volonté de développer la coopération militaire", a de son côté souligné M. Lavrov. Plus de 350 militaires sud-africains participeront à ces manoeuvres, prévues du 17 au 27 février. Lundi à Pretoria, une poignée de membres de la communauté ukrainienne en Afrique du Sud ont manifesté, brandissant des pancartes: "Rentre chez toi Lavrov" et "Stop aux mensonges! Stop à la guerre". "Il est de plus en plus clair que le gouvernement sud-africain se range ouvertement du côté de la Russie", a critiqué le premier parti d'opposition, l'Alliance démocratique (DA), dans un communiqué la semaine dernière, à l'annonce de la visite du ministre russe, fustigeant un "engagement amical ... inapproprié". Les exercices navals prévus avec la Russie sont "honteux" et "équivalents à une déclaration selon laquelle l'Afrique du Sud se joint à la guerre contre l'Ukraine", a de son côté estimé la fondation Desmond Tutu. La Russie "ne refuse pas les négociations avec l'Ukraine", a par ailleurs assuré lundi M. Lavrov. "Mais ceux qui refusent doivent comprendre que plus longtemps ils refusent, plus il sera difficile de trouver une solution", a-t-il ajouté. Moscou s'est dit plusieurs fois prêt à un "dialogue sérieux" avec l'Ukraine à condition que celle-ci accepte l'annexion de plusieurs territoires, mais Kiev réclame un retrait total des forces russes avant tout dialogue.