Guinée : reprise du train reliant Conakry à sa banlieue, après dix mois d'arrêt

13 octobre 2021 à 13h06 par AFP

AFRICA RADIO

Le train "Conakry Express", qui relie la capitale guinéenne à sa banlieue avec des milliers de personnes transportées par jour, a repris cette semaine ses rotations après dix mois d'arrêt, selon un journaliste de l'AFP et la société nationale du chemin de fer.

Des milliers de personnes avaient embarqué mercredi matin dans les wagons du train à son départ dans un quartier de la banlieue, en direction de Kaloum, le centre administratif et des affaires de Conakry, a constaté un journaliste de l'AFP. Le train a repris service depuis lundi, a précisé à l'AFP Naby Badra Souaré, directeur de la Société nationale de chemin de fer de Guinée (SNCG), qui gère l'infrastructure. La liaison avait été interrompue en janvier pour permettre au groupe russe Rusal de rattraper un retard dans l'acheminement des cargaisons de bauxite, a-t-on appris auprès de la SNCG. Rusal, qui exploite la bauxite de Guinée qu'il exporte, est propriétaire de la voie ferrée utilisée par le "Conakry express". Cette reprise du train a été rendue possible par "la sagacité" du colonel Mamady Doumbouya, président de la junte au pouvoir depuis le 5 septembre, et "la compréhension" de Rusal, a dit M. Souaré. Après le coup d'État du 5 septembre, "nous avons immédiatement dit (aux nouvelles autorités) que dans le cadre de la satisfaction de la population en matière de transports urbains, il y a un train passager qui pourrait participer activement à résorber le déficit" en transport, a expliqué M. Souaré. "Nous transportons plus de 3.000 personnes par jour. En voyant la population (confrontée aux) embouteillages et l'avantage du train, on est obligé de faire en sorte que le train ne s'arrête pas. C'est ce qu'on a promis à nos dirigeants et c'est ce qu'on est en train de faire", a expliqué Abou Keïta, responsable technique du Conakry Express. Lancé en 2010, "Conakry Express" assure deux dessertes par jour entre Conakry et sa banlieue et passe par une dizaine de gares, sur une distance de 36 km, pour un ticket coûtant 4.000 francs guinéens (0,36 euro). Ses liaisons ont plusieurs fois été interrompues à la suite notamment de pannes diverses. Le centre-ville de Conakry, lieu de convergence quotidien de milliers de personnes, est situé sur une presqu'île confrontée à des bouchons endémiques. str-ad/mrb/bt [object Object]