Immigration irrégulière en Suisse: les interpellations ont presque triplé en 2022

AFRICA RADIO

19 janvier 2023 à 16h36 par AFP

Les interpellations pour immigration irrégulière ont presque triplé en 2022 en Suisse, dépassant les 52.000 personnes, selon les statistiques publiées jeudi par l'Office fédéral de la Douane et de la Sécurité des frontières.

Le nombre de personnes interpellées pour séjour illégal en Suisse a fortement augmenté au cours des trois dernières années, passant de 11.043 en 2020, à 18.859 en 2021 et 52.077 l'an dernier. Le chiffre de décembre est en baisse par rapport au mois de novembre, mais en forte hausse sur un an. En décembre dernier, 5.965 migrants ont ainsi été interpellés, contre 2.617 en décembre 2021. "Cette valeur est principalement dû aux entrées irrégulières en Suisse de migrants et de migrantes par la frontière orientale ainsi que par la frontière méridionale au Tessin", à savoir l'Autriche et l'Italie, a indiqué l'Office fédéral. La majeure partie des migrants irréguliers arrivés en décembre sont Afghans et Marocains. Le nombre de passeurs présumés (476) est en revanche pratiquement inchangé par rapport à l'année dernière (478). Depuis 1900, la population en Suisse a plus que doublé; alors qu'elle atteignait 3,3 millions, aujourd'hui la Suisse compte 8,7 millions d'habitants, dont 2,2 millions d'étrangers. Bien que n'étant pas membre de l'Union européenne, la Suisse fait partie de l'espace Schengen et les douaniers suisses ne pratiquent donc pas de contrôle d'identité systématique aux frontières avec les pays voisins (France, Allemagne, Italie, Autriche et Liechtenstein). La migration irrégulière avait reculé durant la pandémie de Covid-19, mais a progressé depuis la levée des restrictions dans la plupart des pays. Elle a fortement augmenté ces derniers mois, en particulier via la route des Balkans. Fin septembre dernier, l'Autriche et la Suisse se sont accordées sur un "plan d'action" pour contrer cette évolution, avec notamment le déploiement de patrouilles communes dans le trafic ferroviaire transfrontalier. Les pays de l'Union européenne - et la Suisse - ont reproché en octobre à la Serbie de servir de porte d'entrée vers l'UE à des migrants turcs, indiens, tunisiens, cubains et burundais, dispensés de visas jusque là pour se rendre en Serbie, qui ne fait pas partie de l'UE. "La Suisse est elle aussi fortement impactée par ces mouvements migratoires, enregistrant jusqu'à 1.100 interceptions par semaine à la frontière orientale", avait indiqué en octobre le Secrétariat d'Etat aux migrations. Depuis, la Serbie a annoncé un système de visas pour les Tunisiens et les Burundais. Sur l'année 2022, la Suisse a accueilli environ 24.000 demandeurs d'asile ordinaire ainsi qu'environ 75.000 Ukrainiens qui bénéficient d'un statut de protection spécifique, dit S.