Nouvelle application Africa Radio

Inondations meurtrières dans l'est de la RDC : le gouvernement apporte des cercueils

Des membres du gouvernement de Kinshasa se sont rendus mardi à Nyamukubi et Bushushu, villages dévastés par les inondations qui ont fait plus de 400 morts au Sud-Kivu, dans l'est de la République démocratique du Congo, où ils ont apporté des cercueils et de l'aide aux sinistrés, a constaté une équipe de l'AFP.

AFRICA RADIO

9 mai 2023 à 17h51 par AFP

Ces inondations sont survenues lorsque les rivières Nyamukubi et Chishova ont débordé, emportant tout sur leur passage, après des fortes pluies qui sont tombées dans la région jeudi soir. Le dernier bilan officiel est de 401 morts mais devrait vite grimper, un nombre inconnu de personnes sont portées disparues, et des survivants blessés ont été pris en charge à l'hôpital, a détaillé lundi soir le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya. "Demain (mardi), on va organiser les obsèques dignes", a-t-il ajouté. Après le passage des eaux, des survivants avaient raconté à l'AFP des scènes apocalyptiques, "la fin du monde", avec des familles entière emportées et tous les biens disparus dans les eaux boueuses. Des dizaines des corps avaient alors été emballés dans des couvertures et des draps puis enterrés dans des fosses communes par la Croix-Rouge. Conduite par le ministre de la Solidarité nationale, Modeste Mutinga, la délégation gouvernementale a apporté des dizaine de cercueils et des vivres. Des gerbes de fleurs ont été déposées sur des tombes dans les deux villages. "Ces cercueils arrivent en retard. On aurait aimé qu'ils arrivent à temps car nous avons déjà enterré les personnes comme des cochons, en mettant 3, 5, 10, 40 personnes dans un même trou", a regretté Roger Nabusike, habitant de Nyamukubi, qui dit avoir perdu 42 membres de sa famille élargie. "Nous les avons enterrés dans des fosses communes mais d'une manière digne et sécurisée (...) La sécurisation, ce n'est pas la nature de la tombe, la sécurisation c'est la protection de la communauté contre tout ce qui peut arriver à la suite de ces corps en putréfaction", a réagi auprès de l'AFP John Kashinzwe, chargé de communication à la Croix-Rouge de RDC au Sud-Kivu. Mardi, les secouristes ont affirmé avoir placé "neuf corps qui n'étaient pas encore enterrés" dans ces cercueils. Deux cents familles sinistrées ont reçu chacune une somme de 1.000 dollars, tandis qu'une enveloppe de 11.000 dollars a été remise aux hôpitaux qui prennent en charge les blessés, ont indiqué les autorités. Le bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (OCHA) a de son côté estimé lundi à près de 3.000 le nombre de familles sans abri.