Kenya: la police annonce l'évasion de "dangereux criminels" d'une prison

Par AFP

AFRICA RADIO

Trois "dangereux criminels", dont un jihadiste lié à l'attaque de l'université de Garissa qui avait fait 148 morts en 2015, se sont échappés de la prison la plus sécurisée du Kenya, a annoncé lundi la police.

La direction des enquêtes criminelles a promis une récompense de 60 millions de shillings kényans (environ 468.000 euros) à quiconque fournirait des informations permettant leur capture. Aucune explication n'a été fournie sur la façon dont Mohamed Ali Abikar, Joseph Juma Odhiambo et Musharaf Abdalla Akhulunga se sont échappés de la prison de haute sécurité de Kamiti, qui accueille près de Nairobi les détenus les plus dangereux du Kenya. Le commissaire général des prisons, Wycliffe Ogallo, a déclaré dans un communiqué avoir visité le site afin "d'établir les circonstances qui ont mené à cet incident regrettable". "Le sujet a été porté à l'attention de toutes les agences de sécurité du pays dans le but de traquer et d'appréhender les fugitifs", a-t-il dit, sans fournir plus de détails sur l'évasion. "Je veux dire à la population qu'il s'agit de dangereux criminels et qu'il ne faut pas leur offrir de refuge", a-t-il poursuivi. En 2019, M. Abikar a été déclaré coupable d'appartenir aux shebab somaliens et d'avoir aidé cette milice jihadiste liée à Al-Qaïda à perpétrer l'attaque de Garissa, où 148 personnes, principalement des étudiants, ont été tuées. Il purgeait une peine de 41 ans de prison. Cet attentat est le deuxième plus meurtrier qu'ait connu le Kenya, après l'explosion de l'ambassade américaine de Nairobi en 1998, qui avait fait 213 morts. M. Odhiambo avait été arrêté en 2019 pour avoir tenté de recruter pour le compte les shebab, selon la police. M. Akhulunga avait lui été arrêté en 2012 après une attaque déjouée contre le parlement kényan et poursuivi pour possession d'explosifs, de munitions et d'armes à feu. Le Kenya partage une longue frontière sur son flanc est avec la Somalie et a été frappé à plusieurs reprises par les shebab, depuis qu'il y a envoyé des troupes pour les combattre en 2011. En 2013, les shebab ont revendiqué l'attentat contre le centre commercial Westgate, à Nairobi, où 67 personnes sont mortes au cours d'un sanglant siège de quatre jours.