L'Ethiopie accuse les Etats-Unis de propager des "fausses informations"

Par AFP

AFRICA RADIO

L'Ethiopie a accusé jeudi les Etats-Unis de propager de fausses informations sur les conditions de sécurité dans le pays frappé par la guerre, mettant en garde qu'elles pourraient nuire aux relations bilatérales.

Le 5 novembre, le Département d'Etat a ordonné le retrait du personnel non-essentiel de son ambassade à Addis Abeba en raison du "conflit armé, de troubles civils et d'éventuelles pénuries d'approvisionnement". La décision américaine a été suivie par plusieurs autres missions diplomatiques. Cette semaine, l'ambassade des Etats-Unis semble avoir irrité le gouvernement du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed en publiant un avertissement concernant un risque d'attaques terroristes en Ethiopie. "Auparavant, ils (les Américais) diffusaient des informations selon lesquelles Addis Abeba est encerclée (par les rebelles), maintenant ils ajoutent cette fausse information selon laquelle une attaque terroriste sera menée", a déclaré jeudi Kebede Desisa, un porte-parole du gouvernement, lors d'une conférence de presse pour les médias d'Etat. "Ces actions nuisent aux relations historiques entre les deux pays", a-t-il ajouté. La guerre a démarré au Tigré en novembre 2020 lorsque le Premier ministre éthiopien y a envoyé l'armée fédérale afin d'en destituer les autorités, issues du Front de libération du Tigré (TPLF), qui défiaient son autorité et qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires. M. Abiy avait proclamé la victoire trois semaines plus tard, après la prise de la capitale régionale Mekele. Mais, en juin, le TPLF a repris l'essentiel du Tigré et poursuivi son offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar, pour menacer désormais Addis Abeba. L'Irlande a annoncé mercredi que l'Ethiopie avait demandé à quatre de ses diplomates de quitter le pays d'ici la semaine prochaine. Selon Addis Abeba, cette mesure fait suite "aux positions que l'Irlande a exprimé à l'international (...) sur le conflit et la crise humanitaire en cours en Ethiopie". L'Ethiopie a également expulsé le 30 septembre dernier sept hauts responsables de l'ONU pour "ingérence" présumée dans les affaires du pays. Washington considérait autrefois l'Ethiopie comme un partenaire crucial pour la sécurité dans la Corne de l'Afrique instable, mais les relations se sont détériorées en raison de la guerre qui dure depuis plus d'un an en Ethiopie contre les rebelles qui menacent désormais de marcher sur la capitale Addis Abeba. L'administration de Joe Biden a annoncé courant novembre son intention de retirer l'Ethiopie d'un important accord commercial qui accorde un accès sans taxes à la plupart des exportations. Mais l'administration américaine s'est abstenue d'imposer des sanctions contre le gouvernement éthiopien et les rebelles dans l'espoir de parvenenir à un règlement de la situation dans le pays.