L'Ethiopie déclare l'état d'urgence face à l'avancée des rebelles tigréens

Par AFP

AFRICA RADIO

Le gouvernement éthiopien a déclaré mardi l'état d'urgence dans l'ensemble du pays, et ordonné aux habitants d'Addis Abeba de se préparer à défendre leurs quartiers, alimentant les craintes d'une poussée des rebelles tigréens vers la capitale.

Addis Abeba (AFP)

Le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) a annoncé samedi la prise de Dessie et dimanche celle de Kombolcha, deux villes de la région de l'Amhara, voisine du Tigré, situées à un carrefour routier à 400 kilomètres au nord d'Addis Abeba.

Le gouvernement a nié avoir perdu le contrôle de ces villes mais si elle se confirmait, leur prise par les rebelles marquerait une nouvelle étape majeure dans le conflit qui les oppose depuis un an aux troupes progouvernementales.

Les communications sont coupées dans une grande partie du nord de l'Ethiopie et l'accès des journalistes est restreint, rendant difficile toute vérification indépendante des positions sur le terrain. 

Selon le média d'Etat Fana Broadcasting Corporate, l'état d'urgence "vise à protéger les civils contre les atrocités commises par le groupe terroriste TPLF dans plusieurs régions du pays".

Les restrictions envisagées incluent un couvre-feu, la fermeture des routes et la fouille de "toute personne soupçonnée de collaborer avec des groupes terroristes", a précisé Fana BC.

Les autorités se permettront d'enrôler "tout citoyen en âge de combattre et possédant une arme" ou de suspendre tout média soupçonné d'apporter "un soutien moral direct ou indirect" au TPLF, a ajouté le média. Les législateurs doivent approuver cette mesure dans les 24 heures.

- Capitale mobilisée -

Le Premier ministre Abiy Ahmed a exhorté mardi soir sur Twitter les citoyens à "assumer leur rôle et à coopérer avec les forces de l'ordre".

"C'est une période éprouvante où tous ces problèmes se sont empilés simultanément.Jusqu'à ce qu'ils soient derrière nous, chacun va devoir les affronter", a-t-il ajouté.

Plus tôt dans la journée, les autorités d'Addis Abeba ont demandé aux cinq millions d'habitants de la capitale de faire enregistrer leurs armes à feu dans les deux jours et de se préparer à défendre la ville. 

"Tous les habitants doivent s'organiser par pâtés de maison et quartiers pour protéger la paix et la sécurité dans leur zone, en coordination avec les forces de sécurité", a déclaré le responsable du département de la paix et de la sécurité de la capitale, Kenea Yadeta.

M. Kenea a affirmé que les jeunes seraient "recrutés" et "organisés" dans ce but, et que "tous les secteurs de la société" devaient redoubler de vigilance, y compris les propriétaires de maisons et d'hôtels censés vérifier l'identité de leurs locataires et visiteurs.

Débuté en novembre 2020, le conflit au Tigré connaît un spectaculaire revirement ces derniers mois.

Abiy Ahmed, prix Nobel de la paix 2019, avait proclamé la victoire le 28 novembre, après avoir envoyé l'armée dans la région pour destituer les autorités locales dissidentes issues du TPLF, qu'il accusait d'avoir attaqué des bases militaires fédérales.

Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l'essentiel de la région, forçant les troupes gouvernementales à se retirer largement.Ils ont ensuite poursuivi leur offensive dans les régions voisines de l'Amhara et de l'Afar.

- Opposition américaine -

Le récent regain des combats inquiète la communauté internationale, qui a renouvelé ces derniers jours ses appels à un cessez-le-feu immédiat et à des pourparlers de paix.

Mardi soir, le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell s'est "alarmé" de la déclaration d'état d'urgence, affirmant que "la mobilisation massive du gouvernement ne fera qu'entraîner le pays et ses citoyens plus loin dans la guerre civile et la désintégration".

L'émissaire américain pour la Corne de l'Afrique, Jeffrey Feltman, avait affirmé plus tôt que Washington s'opposait "à tout mouvement du TPLF vers Addis ou toute action visant à assiéger Addis".

L'ambassade des États-Unis a diffusé un message conseillant à ses ressortissants de ne pas se rendre en Éthiopie et à "ceux qui sont actuellement en Éthiopie de se préparer à quitter le pays".

Les Etats-Unis ont également annoncé qu'ils privaient l'Ethiopie d'importants avantages commerciaux accordés dans le cadre de l'AGOA (Loi sur le développement et les opportunités africaines, ndlr), en raison de violations des droits humains dans le conflit.

L'Ethiopie s'est dite extrêmement déçue par cette décision qu'elle souhaitait voir "annulée".

Les douze mois de conflit ont été marqués par de nombreux récits d'exactions (massacres, viols...), notamment sur les civils, et ont plongé le nord de l'Ethiopie dans une grave crise humanitaire, avec plusieurs centaines de milliers de personnes vivant dans des conditions proches de la famine, selon l'ONU.