L'ONU assouplit un embargo sur l'exportation d'armes vers la RDC

AFRICA RADIO

20 décembre 2022 à 23h21 par AFP

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté une résolution mardi assouplissant l'embargo sur l'exportation d'armes vers la République démocratique du Congo, une décision saluée par Kinshasa comme une "injustice réparée".

La résolution retire la mention qui exigeait précédemment que les pays informent le Conseil de sécurité et ses 15 membres de toute vente d'armes ou d'aide militaire à la RDC. Kinshasa déplore depuis longtemps cette exigence, estimant qu'elle créait un obstacle bureaucratique inutile dans sa lutte contre des groupes armées. La RDC fait l'objet d'un embargo de l'ONU sur les armes depuis 2000. La décision avait été prise à l'époque face à l'étendue des violences dans ce pays d'Afrique centrale. En 2008, le Conseil de sécurité avait amendé son régime de sanctions pour qu'il s'applique seulement aux groupes armés. Mais il demandait toujours que Kinshasa notifie à un comité de surveillance tout achat d'armes. Plus tôt cette année, le Conseil de sécurité a prolongé le régime de sanctions mais réduit les exigences de notifications pour certains achats d'armes. Kinshasa continuait de pousser depuis pour une levée des restrictions au moment où la RDC fait face à une flambée des affrontements avec la milice M23 dans l'est du pays. Le Conseil de sécurité avait été pressé d'agir, sur fond d'accusations qu'il empêchait les militaires congolais de protéger les civils. "Une bataille gagnée, une injustice réparée", a déclaré sur Twitter le porte-parole du gouvernement de RDC, Patrick Muyaya, après l'adoption de la résolution. Le Conseil de sécurité a également voté en faveur d'un renouvellement du mandat de la mission de maintien de la paix en RDC, la Monusco, pour une année supplémentaire. Le M23, groupe armé majoritairement tutsi vaincu en 2013, a repris les armes en fin d'année dernière et accentué son offensive en octobre, s'emparant de larges pans d'un territoire au nord de Goma, chef-lieu du Nord-Kivu. Le Rwanda est accusé par Kinshasa, les Etats-Unis et plusieurs pays européens de soutenir le M23.