L'ONU demande des enquêtes impartiales sur des massacres en Ethiopie

AFRICA RADIO

23 juin 2022 à 18h36 par AFP

La Haute-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme s'est dite "horrifiée" jeudi après le massacre de nombreux civils dans l'ouest de l'Ethiopie, demandant aux autorités de mener rapidement des enquêtes impartiales.

Dans un communiqué, Michelle Bachelet a exhorté les autorités éthiopiennes "à mener rapidement des enquêtes impartiales et approfondies sur les attaques qui ont conduit à la mort de centaines de personnes" dans l'ouest de l'Ethiopie, le week-end dernier. Ses services ont discuté avec des témoins qui ont rapporté qu'un groupe d'individus armés s'est rendu le 18 juin au matin à Tole, un village de la région de l'Oromia mais dont les habitants appartiennent surtout à l'ethnie amhara. Ils auraient commencé à tirer au hasard, faisant des centaines de morts, pour la plupart des femmes et des enfants, et forcé au moins 2.000 autres personnes à fuir leur maison. Ces individus armés auraient également incendié plusieurs habitations au cours de cet assaut qui a duré quatre heures. "Je suis horrifiée par la tuerie insensée ainsi que par le déplacement forcé de la population locale lors de l'attaque du village de Tole", a déclaré Mme Bachelet. "Je demande aux autorités éthiopiennes de veiller à ce que des enquêtes soient rapidement ouvertes sur cette attaque et de faire en sorte que les victimes et leurs familles aient droit à la vérité, à la justice et à des réparations, notamment en demandant des comptes aux responsables", a-t-elle ajouté. Selon l'ONU, un nombre indéterminé de personnes auraient été enlevées au cours de l'attaque mais leur sort reste inconnu. "J'appelle les autorités à prendre toutes les mesures licites nécessaires pour que les personnes enlevées retrouvent leur liberté", a demandé Mme Bachelet. La Chambre éthiopienne des Représentants du Peuple, chambre basse du Parlement éthiopien, a adopté jeudi une résolution demandant à la Commission éthiopienne des droits de l'Homme (EHRC) - organisme public mais statutairement indépendant - d'enquêter sur "l'atrocité inhumaine commise par l'Armée de libération oromo (OLA) sur des citoyens innocents" à Tole et à Gambella. Des survivants de la tuerie de Tole ont rapporté lundi à l'AFP que des centaines de civils y avaient été tués durant le week-end, accusant l'OLA - une rébellion active en Oromia - qui a démenti et incriminé les forces progouvernementales. Se basant sur des témoignages et des vidéo, l'EHRC avait accusé les forces de sécurité éthiopiennes d'avoir exécuté sommairement mi-juin des habitants de Gambella soupçonnés d'appartenir à l'OLA, juste après l'attaque de cette ville. Classée organisation terroriste par les autorités éthiopiennes, l'OLA avait revendiqué l'attaque de Gambella, capitale de la région éponyme, située dans le sud-ouest du pays et frontalière de l'Oromia. L'OLA s'est alliée en 2021 avec le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF), qu'un conflit oppose au gouvernement fédéral dans le nord de l'Ethiopie depuis novembre 2020.