L'UE et le Maroc vont développer un "partenariat vert" (von der Leyen)

AFRICA RADIO

9 février 2022 à 12h36 par AFP

L'Union européenne va développer un "partenariat vert" avec le Maroc, afin de renforcer la coopération énergétique et lutter contre le réchauffement climatique, a déclaré mercredi à Rabat la présidente de la Commission européenne, lors de sa première visite officielle dans le royaume.

"Nous travaillons sur le développement d'un partenariat vert entre le Maroc et l'Union européenne (UE), le premier que nous développons avec un pays partenaire", a indiqué Ursula von der Leyen, lors d'une déclaration à la presse à la suite d'une réunion avec le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch. Un partenariat qui "nous permettra de nous engager ensemble dans le développement de notre énergie, plus verte", a-t-elle ajouté. Ce chantier, lancé en juin dernier à Bruxelles, vise à renforcer la coopération en matière d'énergie, de lutte contre le réchauffement climatique, de protection de l'environnement et de promotion de "l'économie verte". Le projet s'inscrit dans la mise en oeuvre de l'Accord de Paris sur le changement climatique. Le Maroc est le premier partenaire économique de l'UE sur le continent africain. Les deux partenaires sont liés depuis plus de 20 ans par des accords agricoles et de pêche qui englobent le territoire disputé du Sahara occidental. L'accord prévoit l'application de tarifs préférentiels aux produits exportés et stipule que ces derniers bénéficient de préférences commerciales. Pour Rabat, la partie la plus importante de ce partenariat a trait à l'exportation de ses produits agricoles vers l'UE. Pour les 27, l'un des principaux enjeux porte sur le déploiement de leur flotte de pêche européenne sur les côtés marocaines et les eaux bordant le Sahara occidental. Cette coopération a été ébranlée en septembre par une décision de la Cour de justice européenne annulant deux accords de partenariat entre le Maroc et l'UE, à la demande des indépendantistes sahraouis du Front Polisario. L'UE a fait appel de ce jugement. Dans un discours en novembre, le roi Mohammed VI, s'adressant aux "partenaires internationaux" du royaume, a averti que "le Maroc n'engagera avec ceux qui affichent des positions floues ou ambivalentes aucune démarche d'ordre économique ou commercial qui exclurait le Sahara marocain". Au cours de sa visite, la présidente de la Commission a également rencontré mardi le chef de la diplomatie marocaine Nasser Bourita. Elle est attendue mercredi à Dakar.