L'Union africaine très inquiète de la "tentative de coup d'Etat" en Guinée-Bissau

AFRICA RADIO

1er février 2022 à 19h51 par AFP

L'Union africaine (UA) s'est dite mardi très inquiète de la "tentative de coup d'Etat" en Guinée-Bissau, où une fusillade nourrie a été entendue près du siège du gouvernement dans la capitale.

"Le président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, suit avec grande inquiétude la situation en Guinée-Bissau, marquée par une tentative de coup d'Etat contre le gouvernement du pays", écrit dans un communiqué l'UA. "Il appelle les militaires à retourner sans délai dans leurs casernes, à garantir l'intégrité physique du président Umaro Sissoco Embalo et des membres de son gouvernement et à libérer immédiatement ceux d'entre eux qui sont en détention", ajoute le communiqué. Selon différents témoignages, des hommes en armes sont entrés en début d'après-midi dans le complexe du palais du gouvernement à Bissau, qui abrite les différents ministères en périphérie de la capitale près de l'aéroport, et où devait se tenir un conseil des ministres extraordinaire en présence du président et du Premier ministre Nuno Gomes Nabiam. Des témoignages ont présenté ces hommes comme des militaires, d'autres comme des civils. Des tirs nourris ont ensuite été entendus une bonne partie de l'après-midi. Les alentours du palais ont été en proie à des mouvements d'habitants fuyant les lieux. Les marchés se sont vidés et les banques ont fermé leurs portes, tandis que des véhicules militaires chargés de soldats parcouraient les rues. Avant l'UA, la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) avait déjà condamné "cette tentative de coup d'Etat" et prévenu qu'elle tenait "les militaires responsables de l'intégrité physique du président Umaro Sissoco Embalo et des membres de son gouvernement", dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a réclamé "l'arrêt immédiat" des combats à Bissau et "le plein respect des institutions démocratiques du pays". La Guinée-Bissau, petit pays pauvre d'environ deux millions d'habitants frontalier du Sénégal et de la Guinée, est abonnée aux coups de force politique. Depuis son indépendance du Portugal en 1974 après une longue guerre de libération, elle a connu quatre putschs (le dernier en 2012), une kyrielle de tentatives de coup d'Etat et une valse des gouvernements.