La Côte d'Ivoire "à l'abri de nouveaux cas" d'Ebola, affirme le ministre de la Santé

AFRICA RADIO

27 août 2021 à 16h22 par AFP

La Côte d'Ivoire, qui a détecté mi-août un cas d'Ebola à Abidjan, est "aujourd'hui à l'abri d'éventuels nouveaux cas", a déclaré jeudi Pierre Dimba, ministre ivoirien de la Santé, dans un entretien à l'AFP.

Abidjan (AFP)

Les autorités sanitaires ivoiriennes ont détecté le 14 août à Abidjan un cas de fièvre hémorragique Ebola chez une jeune Guinéenne de 18 ans, arrivée le 11 août en provenance de la ville guinéenne de Labé (nord), un trajet de plus de 1.500 km qu'elle a fait par la route.

"Aujourd’hui, nous sommes à l'abri d’éventuels nouveaux cas, mais nous avons à surveiller cela", a affirmé le ministre en soulignant que pour empêcher une propagation du virus, le gouvernement avait rapidement adopté une "stratégie de riposte".

"Nous avons renforcé les dispositifs de surveillance à nos frontières pour éviter de nouveaux cas" et "nous avons mis l'accent sur l'identification des contacts", a dit Pierre Dimba."Aujourd'hui, sur 70 contacts" de personnes qui ont séjourné ou fait le voyage avec la malade, "24 ont été retrouvés", selon lui.

"Nous savons que les autres sont disséminés dans les communautés", a-t-il ajouté, et "c'est pourquoi nous avons très tôt pris la décision de la vaccination dans les centres communautaires"."Nous avons pu vacciner plus de mille personnes, nous allons très prochainement épuiser les 1.200 doses de vaccin reçues".

Les personnes vaccinées sont le "personnel soignant qui a reçu la jeune fille, les contacts au niveau de la frontière" et "tous ceux" qui auraient pu "avoir des interactions avec la malade", a précisé le ministre en relevant qu'il y a eu "beaucoup d'alertes, qui, après des examens, se sont avérées fausses".

M. Dimba a affirmé que "la jeune malade se porte très bien" et "nous espérons que dans les prochains jours, elle pourra sortir de notre système"."Elle n'est plus en isolement et est prise en charge comme une patiente normale", selon lui.

Il a en outre indiqué que "les résultats des examens complémentaires envoyés à Lyon en France, devant permettre de savoir la souche de la maladie, sont attendus en début de semaine" prochaine.

 

- Intensifier la vaccination anti-Covid -

 

Concernant la recrudescence des cas de Covid-19 constatée ces dernières semaines en Côte d'Ivoire, pays d'environ 25 millions d'habitants, M. Dimba a dit qu'il s'y "attendait". 

"Nous sommes en période de vacances" pendant laquelle "il y a eu beaucoup d’interactions sociales avec des cérémonies et des manifestations" festives, ce qui "favorise" la propagation des contaminations, a-t-il déclaré en estimant que "certains Ivoiriens avaient commencé à banaliser la maladie".

"Les personnes vulnérables ne se protégaient plus, lorsqu'il a commencé à y avoir une baisse des cas et des décès", selon lui.

Mercredi, selon les chiffres du ministère de la Santé, il y a eu 251 cas confirmés et 11 décès, pour un total de 54.038 cas dont 413 morts depuis le début de la pandémie en mars 2020.

"La plupart des personnes qui meurent ne sont pas vaccinées", a noté le ministre et "dans les prochains jours, il va y avoir l'intensification d'une campagne de vaccination et de sensibilisation impliquant les mairies, les responsables communautaires (pour) faire respecter les mesures barrières".

Il a indiqué "qu'en avril on était à 53.000 personnes vaccinées, aujourd’hui (on est à) près de 1,3 million".Mais "nous avons été ralentis dans notre élan par le manque de vaccins au plan international", a-t-il affirmé.

"Nous sommes passés de 36 à 136 centres de vaccinations" et "il faut intensifier la vaccination à Abidjan où se concentrent 95% des cas", a ajouté M. Dimba qui assure: "notre objectif (est de) protéger 60% des Ivoiriens".