La dépouille de l'ex-président Dos Santos attendue en Angola

AFRICA RADIO

20 août 2022 à 16h21 par AFP

La dépouille de l'ancien président angolais Jose Eduardo dos Santos, décédé en Espagne le mois dernier, qui a fait l'objet d'un conflit familial pendant plusieurs semaines, est samedi attendue à Luanda. 

Johannesburg (AFP)

Un avocat de la veuve de dos Santos a confirmé que le corps du défunt chef d'Etat avait quitté Barcelone et était en route pour la capitale angolaise.

"Vendredi, nous avons tout préparé, le corps a été embaumé, tous les papiers ont été faits, et donc ce matin le corps part pour l'Angola", a déclaré à l'AFP Josep Riba Ciurana, avocat de la veuve de l'ex-président, Ana Paulo dos Santos.

Jose Eduardo dos Santos, qui avait dirigé l'Angola sans partage de 1979 à 2017, était décédé le 8 juillet, à l'âge de 79 ans, dans une clinique de Barcelone où il avait été hospitalisé après un arrêt cardiaque le 23 juin.

Depuis, une querelle opposait sa veuve et le gouvernement angolais d'une part, qui voulaient rapatrier le corps et lui offrir des funérailles nationales, et certains de ses enfants qui s'y opposaient, dont sa fille "Tchizé" dos Santos, 44 ans, née du premier mariage de l'ancien président.

Celle-ci voulait des funérailles familiales en Espagne, où il vivait depuis 2019, accusant l'actuel gouvernement angolais de vouloir politiser l'enterrement de son père avant les élections prévues le 24 août.

Mais un tribunal espagnol a finalement décidé de remettre le corps de l'ancien dirigeant à sa veuve, Ana Paulo dos Santos, pour être rapatrié et inhumé en Angola.La fille du président défunt a fait appel jeudi de cette décision, mais cet appel ne semble pas avoir suspendu le rapatriement.

- "Surpris" -

"Nous sommes les premiers à être surpris", a dit à l'AFP l'avocate de "Tchizé", Carmen Varela, ajoutant que sa cliente avait appris la nouvelle du rapatriement du corps à la télévision.

Le corps doit arriver à Luanda en fin d'après-midi, a dit à l'AFP un responsable gouvernemental sans donner d'autres indications.

L'annonce du rapatriement du corps intervient quelques jours seulement avant des élections en Angola le 24 août et pourraient favoriser le président sortant Joao Lourenço. 

Le président Lourenço s'apprêtait d'ailleurs à s'adresser à la foule samedi lors d'un rassemblement de campagne, lorsque la nouvelle du rapatriement du corps de M. dos Santos a été annoncée.

Dans un message posté samedi sur Instagram, "Tchizé" a accusé le président Lourenço d'utiliser le corps de son père comme instrument de campagne, qualifiant son rapatriment de "honte mondiale". 

Le règne du président défunt, qui a duré près de 40 ans, a été marqué par des affaires de corruption impliquant sa famille.

A son départ en 2017, M. dos Santos a transmis le pouvoir à M. Lourenço, l'ancien ministre de la Défense.

Mais M. Lourenço avait lancé dès son arrivée au pouvoir une vaste campagne contre la corruption ciblant la famille de son prédécesseur.

La campagne avait notamment visé une soeur de "Tchizé", Isabel, la fille ainée, surnommée "la Princesse" et considérée comme la femme la plus riche d'Afrique, mais aujourd'hui traquée par les juges.

"Tu m'as accompagné jusqu'à l'autel et...je ne vais pas pouvoir t'emmener dans ta dernière demeure", a écrit sur Instagram Isabel dos Santos."Ils t'ont arraché à mes bras", a-t-elle dit.