La présidente du Parlement européen publie, avec retard, la liste de ses cadeaux

AFRICA RADIO

19 janvier 2023 à 12h21 par AFP

La présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, a publié ces derniers jours, avec retard par rapport à la procédure prévue, la liste des cadeaux qu'elle a reçus au cours de l'année écoulée, au moment où l'institution tente de regagner en crédibilité après la déflagration du Qatargate.

Une saucisse sèche, du champagne, un foulard, une statuette bleue représentant un mouton, un livre sur "La Martinique d'antan"...: la longue liste des cadeaux reçus par l'élue maltaise ressemble à un inventaire à la Prévert. Tous ces cadeaux, reçus au cours des 12 derniers mois, ont été enregistrés dans un dossier public du Parlement le 12 janvier 2023. Or le règlement interne prévoit que les élus doivent déclarer les cadeaux au plus tard à la fin du mois suivant le mois au cours duquel ils les ont reçus. Interrogé par l'AFP, son porte-parole a souligné que cette démarche visait à "encourager la transparence" et "à donner l'exemple" et marquait une rupture par rapport à ses prédécesseurs. Pourquoi ne pas avoir respecté les délais pour enregistrer ces cadeaux dans le registre public? Ce dernier a évoqué "une pratique" selon laquelle les présidents n'étaient pas astreints à cette règle. Il a cependant assuré qu'elle respecterait désormais le calendrier. "La présidente du Parlement étant, dans le système actuel, la seule personne qui peut faire appliquer les règles éthiques, elle doit être exemplaire dans sa conduite", a souligné, dans un tweet, Alberto Alemanno, professeur en droit de l'Union européenne à l'Ecole des hautes études commerciales (HEC) de Paris, qui estime que les élus n'ont pas pris la mesure de la déflagration provoquée par l'enquête menée par la justice belge. Pour Nicholas Aiossa, de l'ONG Transparency International, cette régularisation de la présidente, mais aussi de nombreux autres élus, sur les cadeaux comme sur les déplacements, est bienvenue mais elle est la démonstration que le "système ne fonctionne pas". Le problème au sein du Parlement européen est que le non-respect des règles "entraine rarement des sanctions", explique-t-il à l'AFP. "Il faut des règles qui soient écrites et qui ne soient pas simplement des traditions. Il faut beaucoup plus de contrôles. Et il faut des sanctions qui aient un vrai effet dissuasif", ajoute-t-il. Ebranlé par ce scandale de corruption impliquant le Qatar et la Maroc dans lequel l'eurodéputée socialiste grecque Eva Kaili a été mise sous les verrous, le Parlement européen tente de redorer son image. Roberta Metsola a présenté la semaine dernière aux présidents des groupes parlementaires un paquet de 14 mesures visant à réformer l'institution et lutter contre les ingérences étrangères. Parmi celles-ci figurent la restriction de l'accès du Parlement européen aux anciens élus, qui jusqu'à présent gardaient livre accès, ou l'enregistrement dans le registre de transparence de tous les intervenants extérieurs.